Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Bienvenue au parc des merveilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: Bienvenue au parc des merveilles   Sam 2 Fév - 21:47



    Bienvenue au parc des merveilles

    Le parc. L'un des endroits de plein air préférés d'Alice, juste après le début de la forêt qui poussait juste derrière le manoir. Il n'était pas flippant, le parc au moins. L'air était frais, mais le décor restait toujours enchantant, apaisant un peu la jeune femme. Le parc était charmant, mais Alice n'était pas d'humeur à s'égayer à la vue d'un arbre, pour une fois. Elle venait tout juste de laisser un homme délirant sur un canapé, avec pour seul garde-malade un perroquet qui n'avait l'air en forme non plus. Il n'y avait pas vraiment de quoi se réjouir et se rouler dans l'herbe gaiment. Il faisait frisquet, elle était plutôt d'humeur à se rouler en boule dans son lit avec un livre déprimant, mais il fallait sortir lapin.

    Enfin « sortir lapin »... celui-ci n'était pas très déterminé à sortir, poser qu'il était sur les genoux de la jeune femme. Elle s'était installée dans un coin du parc, sur un banc désert et observait, les yeux dans le vague, le dit lapin...Ne rien faire. C'était mieux d'ailleurs : lorsqu'il se décida enfin à gigoter, ses pattes dérapèrent sur la jupe d'Aislinn et il tomba au sol dans une culbute à proprement parler ridicule. Pas troublé pour un sou, il se mit à grignoter un brin d'herbe qui avait eu l'idée stupide de pousser sous son nez. Aislinn poussa un soupir, posant son menton dans ses mains et ses coudes sur ses genoux en fixant le sol :

    « - Crétin de lapin. »

    Oui, ce n'était pas gentil pour le lapin, qui n'avait rien fait pour mériter cela. Il tombait un jour où Aislinn était agité par une légère mauvaise conscience, c'est tout : elle le fixait soudainement d'un air beaucoup plus critique. Le lapin d'Alice, il court partout, lui au moins, il est retard mais il agite ses petites pattes, il s'engraisse pas dans un parc. La rouquine repartit dans ses pensées folles, le regard vague et bien détaché du petit être à ses pieds. Il ne partirait pas loin, et elle avait une éternité à imaginer...

    Aislinn releva la tête lorsqu'il sembla entendre un léger fredonnement dans les airs, un temps très indéfini plus tard. Bien sûr, aussitôt qu'elle levait la tête, celui-ci s'éteignit dans les airs, laissant la place à tous les bruits familiers du parc. Pépiements de volatiles cachés dans des branches proches, bruissement d'air, bruit du vent jouant dans les feuillages... Pas le moindre chant ni parole humaine, cependant.
    La jeune femme tendit l'oreille, attendit patiemment, sans rien entendre de plus. Soit quelqu'un avait bel et bien parlé ou chantonné et s'était tut, soit Aislinn perdait pour de bon la tête, et entendait ou inventait des voix. Les deux hypothèses étaient tout aussi probables l'une que l'autre : ce ne serait pas la première fois qu'Aislinn était plongée dans ses pensées et dans les histoires qu'elle s'inventait dans sa tête au point qu'il lui semblait que le monde rêvait se matérialiser autour d'elle et qu'elle en percevait les sons. On disait qu'elle avait trop d'imagination.

    Au moins, cela avait eu le mérite de lui faire le nez des brins d'herbes qu'elle fixait depuis son arrivée sur ce banc. La jeune femme cligna des yeux alors que son regard se posait à nouveau sur le monde qui l'entourait. Et accessoirement sur le rosier qui se trouvait au bout de l'allée, juste en face d'elle bien qu'éloigné. La distance ne l'empêchait pas de distinguait les roses qui, se détachaient sur le feuillage vert, et surtout pas la silhouette qui, tout en lui tournant le dos se trouvait devant le rosier. Un sourire atteint les lèvres de la rousse avant qu'elle puisse mettre un nom sur la personne qui venait d'entrer dans son champs de vision : pas besoin de nom, il lui était facile de reconnaître sa meilleure amie !

    Le sourire et la bonne humeur retrouvée, Aislinn attrapa le lapin qu'elle casait vivement dans ses bras sans prendre garde à ses récriminations, bondit sur ses pieds et se dépêcha de rejoindre la jeune femme qui observait les roses du parc. Rien de bien nouveau, puisque Mia aimait les fleurs, et avait toujours accordé une attention particulière aux roses. Mais cela était suffisant pour permettre au monde d'Aislinn de tourner rond à nouveau. Elle s'approcha le plus furtivement possible – dieu qu'elle avait du mal avec la discrétion, mais rien ne l'empêchait d'essayer encore et encore – de son amie, jusqu'à surgir à son côté, une main enfoncée dans sa poche, un lapin gigotant dans l'autre, mais un sourire joyeux aux lèvres :

    « -Hey ! Comment vont les roses ? … et toi ? »




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue au parc des merveilles   Lun 4 Fév - 14:12

Mia s'était levée avec un grand sourire, elle ne travaillait pas aujourd'hui, elle n'avait strictement rien à faire de la journée, ses commandes étaient prêtes et arrivées demain à la première heure, l'appartement était très propre, seul une tasse sale trainée sur la table basse, qu'elle s'empressa d'aller laver après avoir pris un thé bien chaud.

Elle prit simplement une douche et enfila une robe fleurie et une veste blanche, le temps était clément alors elle eut envie de se rendre dans le parc où il faisait bon vivre et où les fleurs poussaient si bien et où les arbres avaient des formes différentes et qui montraient leurs âges seulement par leurs grandeurs.

Elle partit donc en sautillant, elle croisa bien des personnes sur son passage qui furent surprise de la voir si joyeuse et si... sautillante mais elle en avait que faire de leurs opinions et se garder bien de leurs faire savoir parce qu'ils n'étaient pas selon Mia, des personnes vraiment gentilles rien qu'en voyant comment ils réagissaient en voyant Mia si ravie de voir le soleil brillait.

Arrivée au parc, elle se contenta de se balader sur les chemins tout en fredonnant un air qu'elle avait souvent en tête, sans vraiment savoir d'où cela sortait et fit un net arrêt face aux roses, elle s'était arrêté nettement mais sans laisser son élégance de coté et s'abaissa délicatement pour arriver à la hauteur des jeunes pousses du rosier.
Elle continua de fredonner mais cette fois pour les roses, elle se mit à leurs parler tout en regarder chaque rose en se rendant compte que certaines étaient en piteuse état, cela lui fit froncer les sourcils et d'une main délicate, elle prit entre ses doigts l'une des roses abimées. Selon Mia, on s'était bien garder de les arroser à temps et on avait aussi négligé la parole avec elles.

Alors que cela faisait bien quinze minutes qu'elle était face aux rosiers et que de nombreuses personnes s'étaient retournées sur elle parce qu'elle parlait gentiment aux fleurs, une voix qu'elle reconnaitraient entre toutes, vint à son oreille, ce qui eut pour effet de la faire sortir de sa discussion d'avec les roses blanches.
Elle tourna doucement la tête et battit des cils pour réussir à voir si c'était bien Aislinn qui lui parlait, parce qu'avec le soleil, elle avait du mal à deviner les traits de visage et elle finit par voir que c'était bien son amie et qu'elle affichait un grand sourire.

Mia lui répondit d'abord par un sourire, ravie de voir qu'elle avait quelqu'un de censé avec elle maintenant et lui répondit finalement en fronçant les sourcils et d'une voix douce :
« Si tu veux mon avis, on s'est abstenu de leurs parler ! Plusieurs d'entre elles ont eu moins d'attention... Avant que tu n'arrive, je leurs faisait la conversation et figure toi que c'est bien cela... La personne qui s'occupent d'elles, s'est contenté de leurs jeter un seau d'eau avant de repartir sans un geste d'affection ! Il doit en être de même pour les arbres à en juger leurs feuilles. »

Mia ne tentait pas de paraitre quelqu'un d'autre en la présence de son amie, sa personnalité restait la vraie en la présence de Aislinn, si il y avait eu quelqu'un avec elle, autre que son lapin, elle se serait contenté de répondre que les roses paraissaient en bonne santé et cela en serait resté là. Mia finit par se rendre compte qu'après avoir parlé des roses, elle n'avait pas répondu à la deuxième question, alors après un bref coup d’œil aux roses, elle se leva en frottant sa robe, leva la tête pour voir le visage de son amie et répondit :

« Je vais bien et toi dont?... Oh !»
Le Oh avait été prononcé parce qu'elle avait vu une brindille dans les cheveux d'Aislinn alors délicatement, en faisant attention de ne pas lui tirer le moindre cheveux, elle lui enleva la brindille et regarda celle-ci, elle provenait d'un arbre surement proche d'eux. Mia posa la brindille au sol, sans la lâcher vulgairement, Mia respectait trop la nature pour faire du mal à celle ci. Elle s'était donc abaissé encore une fois pour poser ce qu'elle avait dans la main et termina par un sourire adressé à Aislinn.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: Re: Bienvenue au parc des merveilles   Jeu 7 Fév - 19:47



    Bienvenue au parc des merveilles
    Aislinn venait tout juste de tirer Mia hors de son monde, et surtout de troubler la discussion qu'elle entretenait avec le rosier face à elle : elle attendit avec un sourire que son amie interrompe sa conversation d'avec le massif de rose pour se tourner vers elle, battant des paupières avant de la reconnaître et de lui sourire à son tour. Le contraste entre le moment où se demandait qui venait la troubler et celui où elle reconnaissait son amie, faisait toujours chaud au coeur d'Aislinn. Mia ressemblait à une fleur, s'épanouissant dès qu'elle voyait quelqu'un avec qui elle était elle-même, et qu'elle n'avait pas besoin de cacher son fabuleux esprit original. Aislinn aimait la voir comme ça, loin de tous les esprits tristes et étriqués qu'elle côtoyait toute la journée.
    Ce n'était donc qu'elle qu'elle avait entendu quelques instants auparavant. Que elle, puisque si la vision d'une jeune femme parlant paisiblement à des fleurs pouvait en dérouter certains, elle faisait plutôt partie du quotidien d'Aislinn. Le quotidien normal, habituel et réconfortant. Ce n'était que la voix de son amie, elle n'entendait pas des voix venues d'un autre monde et c'était rassurant.

    Ce qui était moins rassurant étaient les sourcils froncés de Mia, qui portait un regard soucieux sur les fleurs. Ce n'était pas dans ses habitudes, du moins jusqu'à ce qu'elle en fournisse les explications : à partir de ce moment là, tout s'éclairait ! « Si tu veux mon avis, on s'est abstenu de leurs parler ! Plusieurs d'entre elles ont eu moins d'attention... Avant que tu n'arrive, je leurs faisait la conversation et figure toi que c'est bien cela... La personne qui s'occupent d'elles, s'est contenté de leurs jeter un seau d'eau avant de repartir sans un geste d'affection ! Il doit en être de même pour les arbres à en juger leurs feuilles. » Les fleurs et arbres étaient le problème qui se posait à Mia : Aislinn tourna aussitôt son regard vers les fleurs qui se trouvaient près d'elle et à qui elles tenaient compagnie.

    Et en effet, si on les observait avec un minimum d'attention – ce que ne faisait pas 95% des passants qu'Aislinn avait entraperçus cette après-midi là : ils se contentaient de passer à côté ! - on pouvait voir qu'elles n'avaient pas toutes une allure resplendissante.
    La plupart des gens se seraient contentés de se réjouir du fait qu'elles existent et qu'elles soient pas déjà mortes de mauvais traitements. Elles n'étaient pas fanées, ce qui était déjà une victoire en soit, mais elles n'avaient pas... bonne mine. Aislinn n'était pas sûre qu'on puisse dire ça d'une fleur d'ailleurs. Est-ce que les fleurs avaient des mines ? Elle voulait dire, elles n'avaient pas de visage a proprement parler alors comment faire pour avoir bonne ou mauvaise mine ? Les fleurs les mieux entretenues et à qui on parlait le plus souvent n'en avaient pas pourtant autant un sourire dessiné au milieu de leurs pétales !

    Jeune fille, concentre-toi sur le bon sujet, ne pense pas au sourire des fleurs, elles n'ont pas de sourire. Mais elles ont un état de santé et de beauté.
    Elles faisaient une drôle de tête oui. Alors de là à établir une relation de cause à effet entre le fait que personne ne leur avait accordé d'affection, pourquoi pas ? Les fleurs n'étaient pas au mieux de leur forme : il devait bien y avoir une raison, et Aislinn ne serait pas vraiment surprise que leur solitude et abandon en soit la cause, au même rang que le climat plutôt frais. Hommes et animaux n'allaient pas bien lorsqu'on ne s'occupait pas d'eux et qu'on ne leur parlait pas : pourquoi pas les fleurs ? Une telle réaction était en vérité plus vraisemblable et logique que le contraire ! Aislinn secoua légèrement la tête, avant de répondre d'un ton doux, effleurant une rose du bout du doigt.

    «- Oui, je vois ça... Les gens ne parlent déjà pas entre eux, Mia, alors du même coup, ils en oublient aussi les fleurs...Mais heureusement, toi tu es là ! »

    Et elle était parfaitement sincère: pour elle comme pour les fleurs ou les arbres, c'était une joie de savoir que Mia n'était pas loin. Oui, elle se mettait à la place des roses et était persuadée que c'était mieux d'entendre la voix de la jeune femme plutôt que de juste se prendre un seau sur la tête. Mia pouvait paraître un peu farfelue, mais elle rétablissait l'équilibre, en vérité.

    « Je vais bien et toi dont?... Oh !» Le mouvement intellectuel que fit Aislinn pour répondre à la question qui s'amorçait, suivit le mouvement de sa tête, qu'elle abaissa vers son lapin, qui l'ignora vertement comme à son habitude. Sale malpoli, mal élevé. Ne lui avait-elle donc appris aucune bonne manière ? Apparemment, puisqu'elle même n'en avait aucune. Elle venait tout juste de droguer un inconnu à coup de thé. Sa mauvaise conscience lui soufflait qu'elle n'allait pas très bien.

    Mais le oh de Mia l'empêcha de penser, ce qui était toujours une excellente idée. Les yeux d'Aislinn suivirent le mouvement de la main de Mia qui s'élevait au-dessus de sa tête, jusqu'à la faire quelque peu loucher. Jusqu'à ce qu'elle comprenne où elle voulait en venir ; la rousse inclina docilement la tête, laissant son amie la débarrasser d'une brindille qui s'était nichée dans ses cheveux. Elle la regarda la déposer au sol avec autant de délicatesse que s'il s'était agit d'un petit enfant ou d'une paillette d'or. Elle se sentait toujours un peu maladroite et lourdaude aux côtes de la jeune femme, et de sa grâce presque surnaturelle. C'était à la fois beau et terrible, la capacité qu'elle avait à ne pas appartenir totalement à ce monde-ci, au point que cela fisse sautiller légèrement Aislinn, d'un pied à l'autre, faisant tressauter lapin. Elle acquiesça avec un sourire, secoua la tête pour vérifier que rien d'autre n'en tombait et répondit à la question précédente:

    « - Je vais bien. Mieux depuis que je t'ai entendu parler aux fleurs et... et que je n'ai plus rien dans les cheveux. Tu... es venue expressément pour les roses ou c'est un hasard ? »




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue au parc des merveilles   Ven 14 Juin - 10:06

Mia n'était pas venue par pur hasard et n'était pas venue seulement pour admirer les fleurs, elle était seulement pour
« Le ciel, heum, je veux dire par là que le temps était si beau que je me devais de mettre le nez dehors... »
Mia aurait très bien pu sortir de chez elle et venir ici, que pour la nature c'était certain mais pas aujourd'hui, elle avait eu envie de prendre l'air, de profiter du bon temps qui avait fait surface.
Elle invita Aislinn a avancé un peu, en restant dans le chemin tout tracé, elle ne souhaitait pas passer par l'herbe et cela même si cela pouvait être une bonne solution pour aller d'un point à un autre plus rapidement. Non seulement, Mia n'avait pas besoin d'aller vite, qu'elle se prenait juste par plaisir mais en plus de cela, elle ne souhaitait pas écraser le moindre brin d'herbe... La nature était chère à ses yeux et il était certain que de petits insectes se promenaient également, il aurait été malvenu d'aller les écraser sans remord de la part de Mia.

Elle n'avait jamais aimé faire de mal à la nature, du moins, de ce qu'elle se rappelle elle n'avait jamais voulu couper une fleur, jamais aller dans l'herbe sans se dire : Et si j'écrasais un insecte? Un brin d'herbe? Ils souffriraient certainement!
De ce fait, elle ne pensais pas une seule seconde avoir un problème, elle était venue dans ce monde ainsi, cela ne changerait pas et c'était très bien ainsi selon Mia.

Mia sortant de sa rêverie, tourna la tête vers son amie, elle finit par lui répondre pour ne pas paraître mal polie, cela ne lui ressemblerait pas:
« Tu veut dire par là que m'entendre parler à des roses, fait que tu te sent mieux ? Je devrais peut être le faire encore plus souvent pour te voir sourire tous les jours ? »
Mia aimait que son amie se sente à merveille, elle n'aimait pas la voir soucieuse, malade ou bien triste... Elle aimait que ses amis se sentent bien, surtout Aislinn qui était sa meilleure amie, la seule qui arrivait à la comprendre sans se moquer comme beaucoup le font. Souvent on fait croire à Mia qu'on la comprends, qu'elle n'est pas folle et que cette idée de l'interner n'est pas justifié mais elle a déjà surpris des conversations privées ensuite et on parlait d'elle en disant le contraire de ce qu'on lui affirmait être la vérité...
Elle avait tendance à ne pas le faire comprendre aux gens, si bien qu'ils continuent à jouer leur petit manège et cela fait rire Mia qui se réjouit ensuite de les entendre parler à d'autres personnes en disant ce qu'il en retournait vraiment.

Mia, elle se doute qu'elle n'est pas comme les autres, elle n'est pas bête mais elle ne se trouve pas bonne à enfermer pour autant, sa différence fait qu'elle voit toujours la vie d'un bon œil et n'est quasiment jamais triste, sauf quand la nature lui fait comprendre qu'elle a besoin d'attention de la part de la Reine Blanche.

Quand elle reporta son attention sur Aislinn, elle lui demanda une chose par rapport au lapin :
« Pourquoi un lapin Aislinn? Il y a des chiens, des oiseaux... Des fleurs qui peuvent porter compagnie ?! »
Mia n'avait rien contre le lapin, elle n'a pas de méchantes pensées face au moindre animal, elle ne savait tout simplement pas pourquoi Aislinn se retrouvait avec un lapin et pas autre chose... Néanmoins, Mia prit le lapin des bras de son amie pour le prendre et le mettre dans les siens pour le caresser. Le petit lapin se blottit dans les bras de Mia, ferma les yeux, se laissant caresser la tête doucement.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: Re: Bienvenue au parc des merveilles   Dim 16 Juin - 16:07

Aislinn regardait Mia avec une curiosité mêlée de ravissement:  elle était sincèrement heureuse d'avoir croisé son amie ici. Comme le hasard faisait bien les choses ! « Le ciel, heum, je veux dire par là que le temps était si beau que je me devais de mettre le nez dehors... » La jeune femme acquiesça avec enthousiasme, agitant sa crinière rousse en cadence. Excellente motivation s'il en état ! Enfin, enfin il faisait bon ! Aislinn n'aimait pas l'hiver, ni l'automne; elle préférait de loin la douce chaleur du printemps ou de l'été, saison où elle revivait en même temps que la nature. Comment ne pas apprécier un tel ciel bleu, le chant des oiseaux et le vent dans les branches ? Cela donnait envie de s'expatrier dehors, d'aller bouquiner sous un arbre et de se promener dehors. Tout plutôt qu'être ronchon.

Aislinn accompagna son amie sur le chemin qui parcourait le parc en tous sens. Elle s'apprêtait à lui  répondre, à vanter les mérites de la saison avec l'enthousiasme enfantin qui lui était coutumier, jusqu'à ce que son regard tombe sur Mia, qui rêvassait visiblement. La rousse se mordilla la lèvre inférieure avec amusement; cela ne la dérangeait. Tout au contraire, son tempérament distrait s'accordait à merveille avec celui rêveur de son amie, et c'était sans doute l'une des nombreuses choses qui les rapprochaient : ni l'une ni l'autre ne prenait ombrage si l'autre décrochait de la conversation pour fixer un papillon/une fleur/un lapin/le vide/remplissez la liste avec les nombreux facteurs de distraction possible.

Genre tout ce qui entourait Aislinn à cet instant: elle se laissait lentement emportée par le moment lorsque Mia reprit la parole:  « Tu veut dire par là que m'entendre parler à des roses, fait que tu te sent mieux ? Je devrais peut être le faire encore plus souvent pour te voir sourire tous les jours ? » La rouquine cligna des yeux pour se remettre à considérer sa camarade et lui sourit avant de partir dans un éclat de rire joyeux :

« -Evidemment ! Tu es la seule à leur parler, et comprendre quoi que ce soit d'ailleurs. Et puis, ça fait du bien de t'entendre, ça me fait plaisir. Que ferais-je sans toi, hein ? »

L'analogie entre parler à des roses et le sentiment général d'Aislinn pouvait être difficile à voir. Mais il y avait du sens, de la logique derrière tout cela et il n'y avait aucun problème pour Aislinn à l'apercevoir. Et puis, Mia était bien la seule personne de Storybrooke a prendre le temps de se soucier du bien-être des plantes... et du bien-être d'Aislinn. « Pourquoi un lapin Aislinn? Il y a des chiens, des oiseaux... Des fleurs qui peuvent porter compagnie ?! » Aislinn écarquilla les yeux, surprise. Elle ne s'attendait pas, mais alors pas du tout à cette question. Prise de court et toute à sa surprise ( et à son cerveau qui se mettait en branle à toute vitesse pour chercher la réponse à cette curieuse question ) Aislinn ne réagit pas lorsque Mia lui prit le lapin des bras. Elle n'avait aucune inquiétude à avoir : La jeune femme ne ferait jamais de mal à un animal.

« -...Je...Tu es la première à poser la question. »

Réfléchis, Aislinn, réfléchis. Elle avait toujours eu lapin. Attachant boule de poil. Elle ne souvenait pas d'une époque où elle n'avait pas voulu ce lapin. Elle fourragea dans sa tignasse rousse, tout en jouant de l'autre main avec la montre à gousset qu'elle portait en pendentif. Pourquoi un lapin, hein ? Même Jefferson ne lui avait jamais demandé. C'était pourtant lui qui le lui avait apporté !
Elle avait un jour demandé si elle pouvait avoir un lapin, et à peine une heure plus tard, le chapelier était rentré au manoir avec un bébé lapin blanc comme neige dans les bras. Elle hasarda, presque naïvement, puis de plus en plus sérieusement et pensivement au fur et à mesure que les souvenirs remontaient à la surface :

« -Parce que c'est mignon comme tout et que ça a de longues oreilles ? Je crois que Jeff n'a jamais été aussi vite pour m'offrir quelque chose, je lui ai demandé, et il revenu fou de joie. » Elle eut un petit rire gêné . «-A cause d'Alice au Pays des Merveilles. J'adore ce livre, tu sais et... et c'est un lapin qui l'emmène au pays des Merveilles, je devais penser que... mon lapin ferait de même. Pouf, un lapin et c'est les aventures qui commencent ! J'étais petite. Le côté positif c'est que le mien n'est jamais en retard. »

Dédramatiser, changer de sujet. Si cela avait été quelqu'un d'autre que Mia, elle n'aurait sans doute rien dit, elle aurait eu honte. Mais devant Mia, elle pouvait tout dire, non ? Elle haussa les épaules pour chasser le désir enfantin qu'elle avait pour ce pays merveilleux dont elle avait lu et relu les moindres descriptions, dans ses livres. Aislinn croisa les bras et se tourna vers Mia, une lueur amusée dans le regard et visiblement prête à lui tirer la langue malicieusement si nécessaire :

« -Et toi hein, pourquoi tant d'amour pour les roses ? »




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue au parc des merveilles   Dim 14 Juil - 10:48

Le lapin toujours dans ses bras, elle le caressait en faisant attention à ne pas le blesser, elle était comme ça... Elle faisait toujours attention à tout. En partie parce qu'elle se disait que c'était peut être un lapin mais il avait une conscience, il était vivant, il devait ressentir les choses comme nous, elle n'avait pas envie de lui faire croire qu'elle ne l'aimer pas en lui tirant les oreilles ou les moustaches.
Elle finit par tendre le lapin à Aislinn, elle ne voulait pas l'accaparer, c'était l'animal de son amie. Aislinn lui fit savoir que Mia était la seule à parler aux fleurs et lui fit savoir également qu'elle ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui si Mia n'était pas là.

« Je ne sais pas ce que tu serais mais tu aurait quand même une fille formidable, tu n'as pas eu besoin de moi pour être ainsi. Tes parents sont à l'origine de cette beauté. »
Mia lui caressa la joue un instant et arrêta une fois arrivée au menton de celle-ci. Elle écoute ce que son amie avait à lui dire, elle lui parlait de son amour pour les lapins et elle compris celle-ci. Les choses étaient étranges parfois, cela venait comme ça par moment et impossible de savoir pourquoi telle ou telle chose arrivait.
« C'est vrai que les lapins sont adorables, surtout celui-ci enfaite... Jeff a bien fait de t'en donner un, tu as l'air de bien t'en occuper. J'adore ce conte également, Alice au pays des Merveilles est vraiment super ! »

Mia avait du lire ce conte deux, trois fois et elle avait aimé l'histoire de la petite Alice, Mia eut un déclic étrange et se demanda du coup à haute voix,
« Tu pourrais être cette Alice... »
Mia leva les yeux vers son amie, elle faisait de grands yeux et se mit à rire, pensant que cette idée était ridicule mais Aislinn était un peu comme Alice du conte. Un peu dans les nuages, un lapin...
Elle finit par se calmer et répondit à l'autre question de son amie:
« Pourquoi j'aime les roses ? Je n'y ai jamais vraiment réfléchi, c'est venu comme ça.. J'ai toujours aimé ça, au moins d'aussi loin que je me souvienne, elles sont fidèles, je ne suis jamais déçue par celle-ci... Enfaite, quand on y pense, tu est un peu aussi ma rose. »
Aislinn était en effet la seule personne en qui Mia avait une réelle confiance, elle n'avait jamais était déçue par son amie et elle n'avait jamais méchante envers elle. Elle n'avait jamais fait croire à Mia que son amitié n'était qu'une illusion.

Elles continuaient de marcher sur le chemin du parc, le temps continuait d'être en leurs faveur. Elles finirent par croiser un petit garçon, il dit à sa mère : « Maman, c'est la dame qui parle toute seule! » Et sa mère lui tira sur le bras pour le faire taire, Mia lui jeta un oeil intrigué mais elle n'était pas choquée d'entendre ce genre de chose, elle avait l'habitude... Notamment parce que Régina Mills disait qu'elle était bonne à enfermer.



HS: C'est un peu court, je suis désolé! Je me rattraperai ;)
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: Re: Bienvenue au parc des merveilles   Jeu 18 Juil - 13:00


Lapin semblait toujours apprécier les caresses de Mia; sans doute parce qu'elle était douce, faisait attention, et le considérait comme un véritable être vivant, qui comprenait ce qui se passait, à un certain degré au moins. Nombreux étaient les individus à considérer que les animaux ne comprenaient ni ne sentaient pas comme les humains... Aislinn avait beau être considérée comme moins folle et plus normale que son amie, ça c'était le genre de comportement qui la mettait hors d'elle et la faisait se fâcher. Que Lapin ou Dinah lui adresse brusquement la parole ne l'aurait pas étonnée le moins du monde; en vérité, c'était plutôt leur absence de conversation qui lui semblait anormale.
Mia lui rendit le lapin qu'Aislinn reprit dans ses bras, précautionneusement – et cet imbécile qui continuait à avoir l'air d'un bienheureux, alors qu'on le passait de bras en bras ! - , alors que Mia sous-entendait qu'Aislinn aurait été quelqu'un de formidable et d'heureux, avec ou sans sa meilleure amie. Ca, la rouquine avait du mal à le croire ! Elle adorait Mia, et elle lui était essentielle, un point c'est tout.

« -Je serais devenue folle, oui. » bougonna Aislinn, qui sourit cependant tendrement à la caresse de son amie.

Folle, mais pas dans le bon sens, pas dans le sens de Mia, notez la distinction. Folle comme au pays des merveilles, folle comme Alice, voilà qui était agréable, pas folle comme folle, entourée de gens idiots qui ne comprenaient rien à rien et qui couraient en tous sens pour mener une vie ennuyante à mourir.  Oh, bien sûr Aislinn était loin d'égaler Alice, mais au moins elle avait un adorable petit lapin, et d'excellents livres dans sa bibliothèque. « Tu pourrais être cette Alice... »

Aislinn leva les yeux du lapin pour lancer un regard en coin à Mia, comme si l'idée était absurde – et elle l'était, folle à souhait – avant d'éclater de rire de concert avec son amie. Etre Alice...Alice qui avait bien grandit, et qui aurait du rester au pays des Merveilles, alors ! C'était vrai, à la fin du conte, Alice rentrait chez elle, dans son monde ennuyant, et elle avait bien du grandir, la pauvre... De ça, il n'y avait d'histoire:  c'était ennuyant, cela ne méritait pas d'histoire, pas comme ce fabuleux pays, ses reines, jeux de croquet et d'échec, et tea parties...
Aislinn leva le lapin devant ses yeux, le soulevant en le tentant sous les pattes avant et le considéra sévèrement. Méritait-il d'être le lapin blanc d'Alice aux Pays des Merveilles, hm ?

« -Si j'étais Alice, j'aurais un lapin blanc, comme celui-ci, mais qui courrait partout et m'emmènerait à Wonderland. J'ai essayé une fois, de lui mettre un gilet, tu sais, comme le lapin du livre. Il s'est endormi. » Aislinn eut une moue déçue avant de serrer le lapin contre, jusqu'à ce qu'il pose sa tête contre son épaule. « -Et puis j'aime mieux mon chapelier, que celui du conte. »

« Pourquoi j'aime les roses ? Je n'y ai jamais vraiment réfléchi, c'est venu comme ça.. J'ai toujours aimé ça, au moins d'aussi loin que je me souvienne, elles sont fidèles, je ne suis jamais déçue par celle-ci... Enfaite, quand on y pense, tu est un peu aussi ma rose. » Aislinn rayonnait quand elle lui rendit son sourire, et, tenant le lapin d'une main, serra son amie contre elle :

« -Ca c'est un beau compliment, merci Mia. »

Habituellement jamais les roses n'étaient décrites comme fidèles, mais plutôt belles, piquantes, fragiles, ou autre, mais Aislinn préférait ça, et de loin : qu'importe d'être une belle rose, tant que son amie lui parlait et qu'elles restaient amies ! C'était particulièrement agréable d'être ensembles, à marcher ensembles dans ce parc, sous ce beau temps : c'était un moment parfait jusqu'à ce qu'une voix de petit garçon surgisse  non loin d'elles : « Maman, c'est la dame qui parle toute seule! » Evidemment, il parlait de Mia... Que les adultes la regarde de travers, d'accord, ils étaient nuls, c'était compréhensible . Mais un petit garçon ? S'il ne laissait pas les gens parler tout seuls à cet âge, qu'allait-il devenir plus tard ? Un version mâle de Regina Mills ? Que Dieu les protège !

Aislinn roula des yeux et déposa le lapin au sol – il n'irai, normalement, pas loin -  et, s'écartant de son amie vint se planter le garçonnet et sa mère, et se pencha pour parler à l'enfant :

« -Oh, eh toi, tu vas me dire que tu n'as jamais eu d'amis imaginaire ? Tu n'as jamais joué à être un aventurier, tu n'as jamais rien imaginé de palpitant ? Jamais, ô  grand jamais parlé tout seul ? Et bien tu dois drôlement t'ennuyer. »

Se tournant ensuite vers la mère elle plia légèrement les genoux, dans une révérence sarcastique et lui indiqua, droit dans les yeux avec un ton poli et tout à fait adulte.

« -Il devrait lire plus et jouer moins aux jeux videos, madame. »

Déterminée, elle tourna les talons pour revenir vers Mia, sa reine bien-aimée, ne se retournant que pour tirer la langue au garçon; non mais ho ! Elle était peut-être immature, mais elle ne laisserait pas ça arriver ! Aislinn passa son bras sous celui de Mia et colla un baiser entre les oreilles du lapin : elles avaient une promenade entre gens bien à finir.




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue au parc des merveilles   Dim 28 Juil - 13:49

Mia finit par se retrouver toute seule un instant, sans avoir le temps de répondre à son amie sur ce qu'elle lui avait répondu. Quand Aislinn fut de retour, Mia l'a remercia d'un sourire et repris la parole en commençant par répondre à ce qu'elle avait dit au petit et à sa mère.
« Merci Aislinn, mais l'enfant n'y peut rien, il ne fait que dire ce qu'il entend... les enfants devraient avoir honte en effet quand leurs enfants disent des choses pareilles à haute voix. Ils ne disent rien au bout du compte parce qu'ils pensent pareils puisqu'ils le disent quand les personnes concernaient n'entendent pas... Ils ne se rendent pas compte que leurs enfants ont des oreilles et vont tout répété... »
Mia prit son ami un instant par l'épaule, pour lui faire comprendre qu'elle pouvait cesser de s’énerver, Mia n'était pas du genre à être rancunière parce qu'elle savait bien qu'un jour il arriverait des bricoles à ces gens odieux et qu'elle n'avait pas besoin d'agir pour cela.

Lapin regardait la scène sans broncher, Mia n'était pas étonné qu'il se soit endormi la fois où sa maitresse souhaitait le voir courir pour qu'il l'emmène dans le pays des merveilles, il avait l'air assez paresseux comme lapin et Mia répondit finalement à son amie.
« Il n'avait peut être pas envie de t'y emmener quand tu lui a mis le gilet ? Il le fera peut être quand tu t'y attendras pas, hein lapin? Tu emmèneras Aislinn un jour, bien sur que tu le feras... Dans ses rêves. »
Mia se mit à rire, elle trouverai cela rigolo qu'un jour Aislinn croit que ce soit le bon jour pour lapin de l'emmener... dans un terrier, trouver une femelle parce que Mia doute fortement qu'il ne l’emmènerai pas dans un pays des merveilles.

Mia ne toucha pas un mot sur la réponse d'Aislinn pour son compliment, elle ne jugeait pas bon de revenir là dessus, cela n'avait pas d'intérêt, Aislinn avait attisé la curiosité de Mia en parlant du Chapelier. Un homme charmant que Mia connaissait surement autant qu'Aislinn, mais elle ne voyait en lui qu'un ami. Elle se mit à penser qu'Aislinn voyait en lui un homme plus proche ?
« Serait tu entrain de me dire que tu as des sentiments pour le Chapelier ? Nous n'en parlions pas, peut être que sans le savoir... »
Mia lui avait lancé une perche, bien sur il se pouvait qu'Aislinn est parlé de lui juste histoire de parler, qu'elle n'avait pas d'arrières pensées, mais Mia voulait s'en assurer... Après tout, Aislinn était sa plus chère amie et elle tenait à tout savoir sur elle, même connaître ses sentiments en faisaient parti.
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 1253
POINTS RPS : 195
REPUTATION : 34



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Aislinn Liddell »
Mais en réalité, je suis
Alice au pays des Merveilles
MessageSujet: Re: Bienvenue au parc des merveilles   Sam 3 Aoû - 14:45



Aislinn était assez satisfaite d'elle-même quand elle revint près de son amie; elle était mal placée pour donner des leçons à quiconque, mais elle ne pouvait pas supporter ce genre de comportement. Elle s'en voulait assez quand elle manquait de savoir-vivre, et ne pouvait tolérer une telle réflexion, même chez un enfant. Surtout un enfant. Malgré son corps de jeune femme et son âge, il y avait encore une enfant dans Aislinn, et entendre ça lui donnait envie d'éclater en sanglots. Ou de remonter quelques bretelles, de corriger ce monde avec un grand sourire et de rendre tout le monde heureux et meilleur, et ce même si on avait pas l'habitude de voir la rouquine avec un air sévère sur le visage. Une fois près de Mia, elle quitta sa moue boudeuse pour se détendre quelque peu: mission accomplie ! Tant pis si elle avait eu l'air d'une folle hystérique qui se mêlait des affaires d'autrui, elle avait sa conscience pour elle et elle s'étira voluptueusement, les yeux mi-clos dans la lumière douce du parc. « Merci Aislinn, mais l'enfant n'y peut rien, il ne fait que dire ce qu'il entend...  » La rousse rouvrit brusquement les yeux et laissa tomber ses bras le long du corps. Oh, certes son amie avait raison. Tout cela c'était la faute de ses parents, pas de l'enfant, qui n'était qu'un enfant encore, pur, innocent, gentil. Un peu comme Mia, qui laissait passer sur elle tout ses regards en coin comme si elle ne les sentait pas, et sembler leur pardonner à tous.

"Je sais bien, mais cela n'est pas une raison pour ne pas leur secouer les puces, sinon comment s'apercevraient-ils qu'ils ont tort ?"

Error humanum est, perservare diabolicum est et tutti quanti. L'erreur est humaine, c'est perséverer qui est diabolique. « Il n'avait peut être pas envie de t'y emmener quand tu lui a mis le gilet ? Il le fera peut être quand tu t'y attendras pas, hein lapin? Tu emmèneras Aislinn un jour, bien sur que tu le feras... Dans ses rêves. » Le sourire d'Aislinn se fit tendre et amusé alors que son amie s'adressait au lapin lui-même. Le souvenir du lapin engoncé dans un petit gilet était hilarant; le genre de bon souvenir a se remémorer pour retrouver un sourire rayonnant les jours de déprime. Au moins, ça avait eu ça de bon.

Aislinn s'apprêtait rire avec Mia ( effectivement, son lapin était peut-être tout simplement capricieux, en plus d'être feignant, et il n'était pas dans son assiette ce jour-là ) quand sa gorge se noua irrésistiblement. Il y avait bien un lapin peuplant ses rêves ( qui n'étaient pas zoophiles, même si cette formulation était en effet étrange ). Ses rêves étaient étranges ces derniers temps, puisque sans le savoir elle faisait le voyage entre le monde des contes et Storybrooke certaines nuits, quand ce n'était pas un voyage "au pays de la mémoire", c'est à dire dans ses souvenirs refoulés depuis la malédiction. Et le véritable lapin blanc apparaissait par conséquent assez régulièrement dans ce que l'ancienne Alice considérait comme des rêves. Aislinn aurait voulu sourire, rire avec son amie, mais son cerveau s'était mis en pause et son estomac se tordait en songeant que oui, il y avait un lapin dans ses rêves, ses rêves qui l'empêchaient de dormir depuis des jours : le pays des merveilles n'était pas aussi merveilleux qu'elle l'aurait pensé. Si seulement Mia savait à quel point elle venait de taper juste. Sans s'en rendre compte, Aislinn lâcha dans un murmure :

"Un jour peut-être."

« Serais tu entrain de me dire que tu as des sentiments pour le Chapelier ? Nous n'en parlions pas, peut être que sans le savoir... » ... QUOI ? Qu'est-ce que ? Que s'était-il passé ? Aislinn n'était pas préparée à cette question, pas du tout même. La rouquine ouvrit de grand yeux alors que le rouge lui montait aux joues. Vous avez déjà senti vos joues devenir cramoisies alors que vous n'aviez pas l'impression qu'il y ait de quoi être gêné ? Votre conscience est vierge de toute faute, vous n'avez rien à cacher...mais vous sentez vos joues brûlantes sans pouvoir rien y faire ( c'est agaçant ):  voilà ce qui arrivait à Aislinn, dont la rougeur reliait les tâches de rousseurs de ses joues jusqu'à toutes ses pomettes soient écrevisses. Charmant. Et rien que de le réaliser empirait la situation.

"Qu'est-ce que tu racontes ?!"

Des sentiments ! Evidemment qu'elle avait des sentiments pour lui, c'était son meilleur ami, son grand frère, son colocataire, son chapelier ! D'un côté l'innocence d'Aislinn jouait à l'idiote, et elle aurait bien demandé à Mia ce que tout cela voulait dire, c'était absurde...de l'autre la rougeur qui envahissait ses joues lui donnait un indice, qu'elle ne pouvait ignorer malgré sa pureté enfantine. Aislinn baissa les yeux, et glissa une mèche de ses cheveux derrière son oreille tout en triturant la montre à gousset qu'elle portait comme toujours en pendentif. Scregnegne, pensa-t-elle distinctement.

"Tu parles de sentiments amoureux, hein ? ... Et non, ce n'était pas ce que j'étais en train de dire ! "
Elle disait quoi déjà à l'origine ? Ah oui, elle aimait mieux Jefferson que le chapelier fou d'Alice au Pays des Merveilles et ce qui lui avait fait dire ça c'était que...ils étaient tous les deux chapeliers. " Juste, si j'étais Alice, je préfererais boire un thé avec Jeff, plutôt qu'avec le chapelier du livre. J'aime bien Jeff, je vis avec lui, et..." et chut alors ! " et toi tu lis trop d'histoires d'amour." Na.




Elle est un petit trésor qu’on aimerait cacher au reste du monde, qu’on garderait pour soi comme un petit talisman porte-bonheur et qu’on porterait tout contre son cœur en cas de coups de blues ou pour des moments bienheureux comme celui-ci.  ♥️ Whale

Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Bienvenue au parc des merveilles   Lun 26 Aoû - 16:55

Mia avait toujours un sourire tendre pour son amie, peut importe ce qu'elle pouvait lui raconter et elle lui répondit de suite après qu'elle n'ai parlé du gamin qui avait parlé d'elle.
« Tu sais, même si tu vient dire le contraire de ce qu'ils pensent, il y en aura toujours pour dire que tu t'obstines toi à prendre la défense d'une cause perdue... »
Mia connaissait que trop bien les personnes du genre de la mère et son fils, la maire s'obstinait elle aussi à dire qu'elle était bonne à interner alors comment voulait-on que les gens ne disent pas qu'elle n'est pas folle, juste un peu différente, une personne qui ne pense pas comme nous... D'ailleurs, une personne qui n'a pas les mêmes idées que les autres, c'est monnaie courante puisque nous sommes tous comme ça. Nous n'avons pas les mêmes idées, les mêmes envies, les mêmes envies, mais il y aura finalement ici toujours quelqu'un pour penser du mal de quelqu'un et aujourd'hui on s'en prenait à Mia, mais elle en avait que faire, cela lui passait finalement au dessus.

Le lapin d'Aislinn n'avait pas été très courageux, il n'avait pas nourri le rêve d'Aislinn quand celle-ci souhaitait qu'il l'emmène dans le pays des merveilles, mais il y avait toujours Mia pour l'aider à espérer, l'aider à croire à cette possibilité et d'ailleurs, elle ne savais pas du tout pourquoi elle pensait que c'était possible. Mia prit Aislinn dans ses bras, elle lui fit un bref câlin et lui répondit doucement:
« Je suis sûre qu'un jour, il t'y emmèneras. Tu n'est peut être tout simplement pas prête et ton lapin le sais... Il ne veux certainement pas voir sa maîtresse devenir folle parce qu'elle ne devait pas voir l'autre monde maintenant. »
Mia lui fit un sourire et lui caressa la joue, elle était toujours douce envers son amie bien que là dans sa tête, elle se posait pleins de questions sur le pourquoi elle croyait que le monde des Merveilles existait et que le lapin d'Aislinn l'emmènerai forcément un jour.
Mia se mit à regarder le lapin dans les yeux, après un bref silence elle lui dit tout bas :
« Ah oui que t'emmènera Aislinn quand elle sera prête? » Après un long silence de la part de lapin, il fit frémir son museau, mais rien qui indiquait qu'il répondait à la question, en tout cas même Mia ne comprenait pas si il avait bien répondu, elle se redressa d'ailleurs et se remit à marcher.
La Reine Blanche ne dit plus rien sur ce sujet, mais elle avait une autre question pour son amie parce qu'elle avait bien vu qu'Aislinn ressemblait à Alice, mais elle, est ce qu'elle ressemble à quelqu'un du conte?
« Je ressemblerais à qui moi, dans ton conte si tu es Alice? »
Mia avait un air interrogateur, elle finit par continuer dans la conversation qu'elle avait lancé avec l'histoire du chapelier et elle vit clairement que son amie se mettait à rougir. Mia l'a regardé à présent avec un grand sourire ravie, elle avait eu la réponse qu'elle attendait bien qu'Aislinn indiquait tout le contraire de ce que pouvait dire son corps.
« Tu peux nier, mais ton visage prouve le contraire... Il est bien ce Jeff... Ça serait un bon choix... »
Aislinn tenta de détourner la conversation avec son histoire de lecture, hors ce n'était pas le genre de lecture que Mia pouvait avoir dans sa bibliothèque et Aislinn le savait bien... Elle était plus du genre à lire des romans d'aventures, de découverte et beaucoup de livres sur d'autres pays et continent. Mia ne répondit quand se mettant à rire dans un premier temps parce que la situation s'y prêtait bien, Aislinn est drôle quand elle est gênée.
« Tu dit ça pour détourner la conversation, tu sais bien que ce n'est pas mon genre de lecture... Il n'empêche que je lis bien en toi... Petite Aislinn ! »
Mia lui pressa la main, elle était contente de passer un après-midi avec sa seule vraie amie, d'ailleurs elle se posait une question sur leur amitié et elle s'est décidé à la poser pour savoir ce qu'elle en pensait elle aussi...
« Cela fait combien de temps que l'on se connait? Tu n'as pas l'impression que cela fait très longtemps? Comme si cela avait toujours été comme ça? »
Ces derniers temps, Mia se posait beaucoup de questions sur une vie avant celle là, elle avait des images de la maire avant qu'elle ne soit celle présenté ici aujourd'hui, cela lui parraissait étrange, à se demander même si elle ne serait vraiment pas folle et que l'internement pourrait peut être lui apporter quelques chose. Aislinn serait surement la rassurer la dessus, lui dire qu'elle n'était pas du tout folle et que c'est à cause de tout le monde qu'elle se met à penser cela, mais elle était tout de même dans le doute.
Il y avait également l'autre jour où un petit garçon parlait avec ses amis du même âge, elle avait surpris rapidement la conversation et avait entendu des enfants parler de Reine Blanche, Mia avait eu un sursaut en entendant ce nom et elle avait même été voir le petit qui avait dit ça pour lui demander pourquoi il l'avait appelé, avant de se demander pourquoi elle était venu lui demander cela parce qu'elle s'appelait Mia et pas Reine Blanche, le petit garçon qui avait entendu parlé de Mia se mit à courir jusqu'à chez lui parce qu'il avait pris peur.



[HJ: Excuse moi de t'avoir fait attendre *se cache* Je t'aime hein *-* *lui donne des fleurs*]
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: Bienvenue au parc des merveilles   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bienvenue au parc des merveilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bienvenue à tous les nouveaux membres
» Critique : Alice aux pays des merveilles
» "Bienvenue à Gattaca" : cette fois, nous y voilà
» Message de bienvenue
» Bienvenue à tous et souhait.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: Les archives de Gold :: Les archives de Gold-