Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Breathe Into Me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Breathe Into Me   Ven 21 Juin - 15:43






Breathe Into Me



Don't feel bad for me,
I want you to know.
Deep in the cell of my heart,
I will feel so glad to go


U
ne main gantée dérapa contre l’écorce sèche de l’arbre. Grimaçant, Lynn retrouva rapidement un point d’appui convenable pour ses pieds avant de se hisser sur la branche supérieure avec agilité. Ses gestes étaient fluides, assurés, forgés par l’habitude. L’escalade était l’une de ses activités favorites sur terre, et ce n’était pas un arbre de ce maudit monde qui allait lui résister. En prenant de l’altitude, elle fit cependant un peu plus attention, prenant garde à ne pas imposer son poids à une branche trop fragile. Même si elle avait de quoi freiner – sinon stopper – sa chute, elle préférait éviter de se blesser dans ce monde qui semblait ne connaitre nulle logique.

Une fois au sommet, elle prit le temps de reprendre son souffle. Elle avait choisi l’arbre le plus haut sur une colline pour pouvoir avoir un aperçu de son environnement. Malheureusement, cela ne lui servit pas à grand-chose : tout l’horizon était recouvert de cette forêt infinie, sombre et loufoque. La demoiselle émit un grondement mécontent et plaintif. S’en sortirait-elle jamais ? Appréciant la hauteur, elle s’assit confortablement et sécurisa sa position avant de se reposer un instant. En temps normal – ou plutôt, dans un monde normal – elle n’aurait pas eu peur de se perdre. Elle avait une boussole greffée à l’intérieur de son avant-bras, la sirène en elle ressentait toujours l’appel de la mer plus loin et elle avait appris à déchiffrer ce nouveau ciel étoilé quand elle avait mis les pieds à Wonderland.

Seulement voilà, ce monde était suffisamment loufoque pour mettre sans dessus-dessous ses repaires géographiques. Oh, elle avait bien vu quelques cartes des différents royaumes, mais cela semblait être le cadet des soucis de chaque personne ici et elle n’était pas sûre de pouvoir se fier à des gens possédant un si faible équilibre mental. Oh, ils étaient adorables pour la plupart mais être gentil ne voulait pas dire être sain d’esprit. Elle soupira, espérant secrètement pouvoir rentrer à Fairyland avant de totalement perdre la raison comme semblait s’efforcer ce monde multicolore. Lynn soupira pour la énième fois de la journée et tâcha de prendre des points de repère autour d’elle ? Là-bas, une clairière, un peu plus loin de la fumée qui pourrait provenir d’une cheminée, de l’autre côté les arbres changeaient d’espèce pour se faire plus sombres, plus menaçants et enfin, un drôle de serpentin entre les arbres pouvant être causé par le cheminement d’une rivière.

Elle nota rapidement les coordonnées de sa boussole à partir de sa position et décida d’un cap avant d’entreprendre sa descente qui se passa sans trop de problème et de se remettre en route. Lynn se sentait étrange ici. Elle était une créature magique, et comme toutes les créatures magiques elle était sensible à son environnement et surtout, à la magie qui l’imprégnait. C’était pour cette raison qu’elle se sentait légèrement en décalage avec la personne qu’elle était habituellement. Elle avait l’impression d’avoir la tête et les oreilles entourées par du coton et que toute sa vision du monde était comme floue. Résultat, elle ne savait plus trop si elle pouvait faire confiance à son jugement ou non.

Heureusement, elle pouvait compter sur son charme et sur son chant pour se sortir des pires situations. Et dans le pire des cas, elle pouvait toujours rejoindre la mer... cependant elle devait trouver un moyen de rentrer chez elle, et si ce moyen existait, il était plus probable qu’elle le retrouve sur terre plutôt qu’en mer... Et puis, vu l’étrangeté de cet univers, elle ne préférait pas aller s’enfoncer dans les profondeurs de l’océan par peur de ce qu’elle pourrait y trouver. Elle avait déjà eu bien des soucis à domestiquer un kraken dans son monde, elle n’avait vraiment pas envie de s’aventurer plus loin et tomber sur un Cthulhu sous acide.

Elle marcha longtemps, infatigable, ne faisant que de courtes pauses pour boire ou manger ce qu’elle trouvait sur sa route, évitant de taper dans ses provisions. Elle bénit plusieurs fois la Reine Blanche et sa bibliothèque pleine à craquer de livres sur les plantes comestibles ou non. Même si elle était guérisseuse et qu’elle pouvait éventuellement se soigner avec les simples dans son sac, elle préférait éviter tout poison inconnu ainsi que l’utilisation de la magie. Avec le monde qui l’entourait, elle n’était pas sûre des effets secondaires que cela pourrait avoir et elle n’était pas prête de prendre le risque de se faire pousser une troisième jambe – ce qui était hautement probable vu l’endroit. La magie serait donc là en cas d’urgence.

Elle marchait depuis plusieurs heures quand enfin, le paysage changea légèrement et les arbres s’espacèrent peu à peu. Oh, elle était très loin d’être sortie de la forêt mais elle était ravie de voir un changement pour lui prouver que non, elle ne tournait pas en rond. Remontant sa manche, elle vérifia une nouvelle fois le cadran métallique plaqué contre sa peau. L’aiguille de la boussole mit quelques secondes avant de se stabiliser et elle avança un instant sans regarder où elle allait et bien entendu, ce fut suffisant pour qu’elle se mange un arbre. Un arbre qui n’était pas là il y avait quelques secondes, elle en était sûre. D’ailleurs, l’arbre était petit, tiède et relativement mou pour un arbre, mais plus rien ne l’étonnait à Wonderland. Heureusement, le choc n’était pas très fort et elle ne perdit pas l’équilibre, levant le nez de sa boussole pour tomber sur... quelqu’un. Cela expliquait la texture étrange de l’arbre. « Pardon ! Je suis désolée, je ne regardais pas où j’allais, je- » Elle fut coupée en plein milieu de sa phrase quand ses yeux se posèrent sur son visage. Elle ne l’avait pas déjà vu quelque part ? « ... Vous ? » Elle ne savait pas pourquoi, mais elle sentait que ça n'allait pas lui plaire.


Dernière édition par Edlynn S. Wylde le Sam 22 Juin - 14:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Breathe Into Me   Ven 21 Juin - 16:37



© tumblr
Madness ♫
« Il paraîtrait que tous les gens biens sont fous. Je dois vraiment être un gens très bien. Même si moi c'est Jefferson. »




La Pays des Merveilles ! J'y vivais depuis un moment désormais. J'étais donc une merveille. C'était plutôt agréable, vraiment sympathique comme pays. Ce lieu où la raison avait fuit, où la logique était d'être illogique. Cet endroit où la folie était la normalité, il serait très peu ordinaire d'être sain d'esprit au milieu de cette excentricité qui avait envahit mon corps et mon âme. Ce monde m'avait transformé et j'étais bien trop fou pour m'en rendre compte. Je terminais la finesse des mes gestes pour conclure un chapeau. Une pure merveille, pas étonnant au vue de là où je me trouvais. Mais non, ce n'était pas ce jour là, c'était cet autre jour là, où je terminais un chapeau en finesse d'un geste. Toute une différence, je confondais bien mes journées car après tout, elles étaient toutes différentes. Euh, toute similaire. À moins qu'elles soient juste des journées et que j'étais celui qui était différent. Ou similaire. Enfin bon, de toute manière c'était une journée où je fabriquais un chapeau, il n'y en avait pas cent mille, seulement cinq mille trois cent dix huit. Ce n'était pas la mer à boire mais l'heure de boire du thé. Bien que ma mère ne soit pas là.

Me levant de mon siège, ma chaise reculait d'un coup de fesse bien entraîné. Penchant ma tête et me baisser pour m'accroupir. Avançant comme je le pouvais dans cette position, je me relevais d'un saut pour me coiffer de mon chapeau. Hop là, sans les mains, qui étaient elles, trop occupées, pour attacher mon foulard autour de mon cou. Je cachais ma cicatrice, j'avais retrouvé ma tête sur mes épaules. Bien que j'avais perdu la tête et qu'elle n'était plus sur mes épaules, elle était sur mon cou qui lui y était, sur mes épaules. Et ma tête était sous un chapeau. Qui lui était sous mon toit ou sous le ciel, tout dépendait d'où j'étais. Moi j'étais à Wonderland, mais mon chapeau n'était pas pour autant sous Wonderland mais sur ma tête. Faisant des ronds sur moi même pour sortir de ma maison, il aurait été trop banal de simplement marcher. Trop ennuyeux pour remplir cette journée. Ouvrant ma porte avec les dents, je sortais d'une roulade, et atterrissais les bras tendus, celui de droite à gauche et celui de gauche à droite. Tadam, i'm out.

Dépoussiérant mes genoux, je repris une marche plus sereine et plus ordinaire pour finalement m'asseoir à ma table de jardin. Bien que ce soit plutôt ma table de forêt. Oui, elle était dans la forêt, qui elle, était mon jardin. Mais je n'avais pas vraiment de jardin, puisque là forêt était à Wonderland. Et moi j'étais à Wonderland, ainsi que ma table, alors c'était bien ma table de jardin. Personne n'y était encore assis sauf moi. Je penchais la tête, mon chapeau glissait lentement.

« Cheshire, mon chat. N'est-ce pas l'heure du thé ? »


Lès que j'eusse finis de prononcer ma phrase mon chapeau tombait à terre. Dans la forêt donc, ou mon jardin, comme vous l'avez compris en fait. Avant qu'il ne touche le sol, il réapparut sur ma tête. Magie ? Pas vraiment, c'était illogique, c'était Wonderland. Même si finalement ce n'était que Cheshire apparut sous mon chapeau avant de disparaître et de réapparaître sur ma tête. Rien de magique et toute une logique implacable. Il suffisait de s'habituer. Et non de s'abriter, bien que moi, j'avais les deux. L'habitude et la tête abrité. Mon vieil ami, bien qu'il soit ni jeune ni vieux et réellement mon ami depuis peu, me répondit que c'était l'heure du thé quand il y avait du thé.

Chose à ne pas négliger quand on boit du thé, c'est effectivement d'avoir du thé de prêt. Sinon on boirait nos tasses de thé, et pas dans nos tasses. Ce qui serait fâcheux puisque c'était l'heure du thé et non l'heure de la tasse de thé. Bien que la tasse de thé ne soit pas ma tasse de thé à moi, je préférais le thé et je le buvais avec deux sucres mais sans cuillère. Évidemment, au même titre que la tasse, la cuillère ne se boit pas. Je conviais mon ami à préparer le thé, me hâtant vers la forêt guetter si quelques compagnons voulaient bien partager ce moment avec moi. Il était bien plus amusant de boire le thé entre amis avec des amis. Seul ce n'était plus vraiment entre amis mais entre quinze heures et quinze heures et demi. Mes pas me menaient donc instinctivement dans la forêt. Je tournoyais comme mon chapeau, avec un peu de chance, un jour, il s'envolerait de ma tête pour m'amener chez moi. Fairyland, pas Wonderland. Un autre chez moi où là mon jardin était un jardin et pas une forêt.

Alors que mon regard se faufilait dans les coins et les recoins. Je ne voyais que des arbres et des feuilles. Pas étonnant dans une forêt après tout. Enfin, à Wonderland on ne savait jamais. C'était ce qui était amusant dans ce pays, on ne savait jamais. Je me souvenais d'un jour où j'avais commencé ma phrase par « Je sais » et je n'avais pas pu la finir. Oui, on ne savait jamais. Posant mon doigt sur mon oreille, je réfléchissais alors que le tic-tac de ma montre approchait l'heure du thé. Bien qu'elle affichait quinze heures vingt neuf et pas l'heure du thé ce n'était qu'une association de pensée. Logique. Et bien pendant cet instant là, je fus bousculé. Me retournant je découvrais une jeune fille. À moins que ce soit un arbre. On était dans une forêt après tout, ce ne serait pas étonnant. S'excusant, je souriais, et avant qu'elle finisse, je pus me rendre compte.

« Vous n'êtes pas un arbre. » approchant ma main de ma bouche pour chuchoter je poursuivais. « Ne le répéter pas mais, eux, les arbres, ils ne s'excusent pas. Ils sont trop fiers les bougres. »

Posant mon doigt pour montrer un secret, j'affichais un léger sourire malicieux. Bien qu'elle semblait bloquer sur moi, ma montre sonna légèrement. Bien que pour moi ce fut un son de cloche. Même si nous n'étions pas à Pâques, et que mon ami le Lapin était en retard. Pas pour Pâques mais pour le thé. Et non la tasse. Sursautant par ce bruit, j'attrapais le poignet de ma nouvelle rencontre.

« Vite, on va manquer l'heure du thé ! »


La traînant avec moi à travers mon jardin, nous arrivions en moins de deux à ma table de forêt. Lui lâchant le poignet mais pas la grappe, bien qu'il n'y a pas de raisin ni de raison, je m'asseyais à ma table. L'invitant à faire de même.

« Si vous n'êtes pas un arbre, vous êtes ? »


Servant deux tasses de thé, je portais la mienne à mes lèvres. Pour boire le thé et non la tasse. Logique de Wonderland.

Codage & apparence par © SweetyBB
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Breathe Into Me   Sam 22 Juin - 14:15


A
vait-elle des visions maintenant ? Ce monde totalement fou avait-il fini par vaincre sa raison et l’entourer de sa douce folie sans qu’elle s’en rende compte ? Lynn fronça les sourcils et s’efforça de remettre de l’ordre dans ses idées. Si elle était folle, elle ne pourrait sans doute pas s’en rendre compte, non ? Elle préféra ne pas trop s’attarder sur la question de peur de déchirer son esprit et de tomber sur quelque chose d’insolvable et se concentra sur son interlocuteur. Elle l’avait déjà vu, c’était certain. Plusieurs fois. Mais non, elle n’avait pas couché avec, ou alors il avait été suffisamment mauvais pour ne pas marquer son esprit – mais avec une bouille pareille, elle aurait au moins noté son visage dans un coin de sa mémoire.

Elle ne lui avait jamais parlé et elle ne retrouvait nulle trace de son nom dans ses souvenirs. Mais elle l’avait déjà vu, c’était obligé. Mais où ? Impossible de remettre le doigt dessus. « Vous n’êtes pas un arbre. » No shit Sherlock ? Ce n’était pas très rassurant, il avait eu le même réflexe qu’elle, à savoir : prendre l’obstacle pour un arbre vu qu’ils étaient en forêt. Ce monde avait décidément bien trop d’influence sur son esprit à son goût. Elle détestait Wonderland. Cependant, il n’aurait pas été très poli de faire passer sa mauvaise humeur sur l’homme qui ne lui avait rien fait, aussi esquissa-t-elle un sourire sincère et désolé. Elle se pencha légèrement vers lui alors qu’il portait une main à sa bouche, comme pour écouter un secret. « Ne le répétez pas mais, eux, les arbres, ils ne s’excusent pas. Ils sont trop fiers les bougres. »

Oh les vilains. A Fairyland, elle aurait simplement répondu que c’était peut-être parce qu’ils n’avaient pas de conscience ou simplement parce qu’ils ne pouvaient pas parler. Cependant, ils étaient à Wonderland, les arbres pouvaient très bien être comme il le disait, à savoir très  fiers, aussi se contenta-t-elle de hocher la tête d’un air entendu, marchant totalement dans la combine. Il était dangereux de contrarier les fous. Elle allait ouvrir la bouche pour répondre quelque chose quand la montre du gentil monsieur se mit à sonner. Elle nota ce détail dans un coin de sa tête, une montre qui sonne, cela impliquait un certain niveau technologique – à moins qu’il ne s’agisse de magie. Ce son en tout cas sembla réveiller chez son vis-à-vis un intérêt tout particulier et un sentiment d’urgence.

Elle sentait que ça aussi, ça n’allait pas lui plaire. Elle se raidit légèrement quand il lui attrapa le poignet et eut le réflexe de porter sa main libre au manche de l’un de ses sabres. Si cet homme était aussi fou que les premières secondes de leur rencontre le laissait supposer, il pourrait tout aussi bien lui briser le bras comme pour rire, sans se rendre compte du mal qu’il pourrait causer. Heureusement, cela ne semblait pas être dans ses intentions premières. « Vite, on va manquer l’heure du thé ! » Oh, ce n’était que ça. Elle pourrait survivre à un thé. Quoique, un thé de Wonderland, il pourrait très bien y avoir du LSD dedans. Lynn aimait l’aventure, mais devoir tout remettre en doute, même les choses les plus simples, était quelque chose d’extrêmement fatigant.

Relâchant son sabre, elle se laissa cependant entraîner, l’homme n’ayant visiblement pas l’intention de la lâcher. Elle profita du court trajet pour chercher dans sa mémoire où elle avait déjà vu l’homme en question. Elle avait rencontré un certain nombre de personne lors de son voyage à Wonderland, mais non, ce n’était pas ici qu’elle l’avait croisé. Son cœur accéléra légèrement à la pensée que peut-être, il venait d’un autre monde lui aussi, tout comme elle. Elle allongea le pas pour rester à sa hauteur et éviter de trébucher sur les racines qui dépassaient du sol. Il fallait qu’elle découvre d’où il venait, comment il avait fait pour atterrir ici et surtout s’il connaissait un moyen de retourner à Fairyland.

Ils arrivèrent très vite près d’une maison dans les bois, où était dressée une grande table à l’extérieur. Ce devait être chez lui, car ce fut tout naturellement qu’il prit place à celle-ci, l’invitant d’un geste gracieux à le rejoindre. D’un pas prudent et sans le quitter des yeux, Lynn le rejoignit et prit place tout près de là où il s’était assis. Ok guuurl, u can do tis. « Si vous n’êtes pas un arbre, vous êtes ? » Oh, il lui restait donc un semblant de raison finalement. Profitant que son attention soit portée sur les tasses, elle nota rapidement la position indiquée sur la boussole de son bras avant de rabaisser sa manche pour camoufler l’engin. « Edlynn Wylde, mais on m’appelle Lynn. Ravie de vous rencontrer. » dit-elle en s’inclinant légèrement sur son siège, accompagné d’un petit geste de la main pour marquer sa révérence.

Elle attrapa sa tasse à son tour sans le lâcher du regard. Pouvait-elle vraiment maintenir une conversation avec lui sans devoir le charmer ? Lui restait-il assez de raison ? Il fallait qu’elle trouve quelque chose pour le rappeler à la réalité, car elle n’était pas sûre de pouvoir le suivre s’il partait dans ses délires psychédéliques. « Et à qui ai-je l’honneur de m’adresser ? » souffla-t-elle dans un sourire charmeur, marquant une certaine malice dans un clin d’œil joueur. Maintenant qu’il avait arrêté de sauter partout et de la trainer aux quatre coins de la forêt, elle pouvait détailler son visage. Des cheveux bruns relativement longs pour un homme totalement en pétard, des yeux clairs hésitants entre le bleu et le vert. Il était beau gosse, il fallait l’avouer.

Mais elle connaissait ce visage. Elle s’était déjà faite cette réflexion. Plusieurs fois. Mais où ? « Votre visage m’est familier. Ne nous sommes-nous pas déjà croisés ? » Un froncement de sourcil plus tard et la lumière se fit dans son esprit. Elle l’avait déjà vu, c’était certain. Et pas n’importe où, dans exactement chaque monde qu’elle avait visité ces dernières années. Partout, il avait été là, comme un fantôme, la suivant presque. Comment ? Pourquoi ? Une centaine de question se mit à tourbillonner dans son esprit. La suivait-il ? Comment expliquer ces coïncidences ? Pourquoi la rencontrer en personne ici à Wonderland ? Ou alors voulait-il juste la suivre de loin mais ce pays avait emporté son objectif en même temps que sa raison ?

Se sentant brusquement bien plus inconfortable, Lynn reposa sa tasse sans y avoir touché. « Je vous connais ! Je vous ai déjà vu dans d’autres mondes. » Play it cool gurl. Il était fou, mieux valait éviter de le bousculer. Lui mettre un sabre sous la gorge ne servirait à rien étant donné son état d’esprit. Et puis, jusque-là, il n’avait pas été agressif ou hostile n’est-ce pas ? Elle se força à se détendre et retrouva son sourire charmeur et amusé, effaçant la surprise de son visage. « Mais que faites-vous ici, à Wonderland ? » Elle ne voyait vraiment pas ce qu’on pouvait trouver à ce monde.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Breathe Into Me   Sam 22 Juin - 15:41



© tumblr
OUATE DE PHOQUE ♫
« Insanity »




J'attrapais la lance pour porter la tasse à mes lèvres et le thé à ma bouche en attendant qu'elle me réponde. Bien sûr, je ne prenais pas la lance pour la couper. Non, ce n'était pas la même lance, et la parole ne se coupait pas comme ça. Elle se coupait par le son pas par le thé. Ni par la lance de la tasse, par contre la lance pouvait couper la gorge. La reine de cœur serait d'accord avec moi. Mais encore une fois, ce n'était pas la même lance. J'en avais pas en plus. Enfin j'avais que des tasses avec des lances, ce qui semblaient approprié. Oui parce que des lances sur des tasses seraient des plus inappropriées. Heureusement qu'on ne me lance pas sur ce sujet. Puis de toute manière, j'avais la bouche pleine de thé. Et comme déjà précisé, on ne coupait pas la parole aux gens avec du thé. Mais avec de l'impolitesse, ce que je n'avais pas. J'avais autant de manières que de matières. C'est à dire beaucoup, j'étais chapelier, j'en avais besoin. Si j'avais été chandelier je n'aurais pas beaucoup de manière puisque je n'aurais pas beaucoup de matière. Mais bon, hormis ça, le thé était bon. Je regardais donc cette créature que je venais d'inviter à prendre le thé. Enfin, à le boire, si elle avait prit mon thé je n'aurais pas été content et je n'aurais pas fais de manière malgré la matière que j'avais chez moi. Enfin, je l'avais chez moi pas dans mon jardin. Et ce n'était pas un arbre de la forêt. Haussant un sourcil, puis l'autre, alternant comme ça au son du tic-tac de ma montre, je reposais ma tasse de thé toujours dans l'attente de sa réponse qui venait enfin. Une fois que les sons s'estompaient, je souriais. Arrêtant le jeu des sourcils un instant, je répondais.

« Je suis Chapelier. Et vous ? »


Elle ne répondait pas à ma question, elle me disait pas vraiment qui elle était, son nom était trop long et trop évasif pour nous. D'où mon insistance. J'insistais sur ma tasse de thé aussi mais ce n'était pas parce que le thé avait répondu à côté. Non, sinon j'aurais été tâché et ça aurait été fâcheux. Je n'avais pas de veste de rechange. Par contre j'avais des gens, ça oui. J'étais Chapelier et fou aussi. Mais être fou ne remplacerait pas ma veste si le thé se versait à côté. Enfin bref, je continuais de parler, ne la laissant pas vraiment me répondre. Je la laissais surprise, elle était visiblement pas habituée à Wonderland et sa terrible logique. Le seul paradoxe de ce monde était qu'on repérait directement les nouveaux. Oui, ils ne suivaient pas nos idées. Même les anciens ne suivait pas la mienne d'un côté. Mais d'un autre côté il y avait le bout de la table. Bien que vide ça ne comprenait pas pour autant ma logique. Non ça comprenait personne, oui, c'était vide. Puis les anciens ne pouvaient pas suivre, ils étaient anciens après tout. Les nouveaux n'avaient pas plus de raison de nous suivre. De toute façon cela faisait longtemps que nous non plus nous n'avions plus de raison. On peinait à retrouver nos têtes, alors vous savez, la raison on se faisait une raison de plus en avoir.

« Edelinewoualdemaionmapèlynnravidevourencontrer. Ce n'est pas un peu long pour la paperasse administratif ? »


Penchant la tête d'un côté, c'était vrai que cela était embêtant si on devait signer quoique ce soit.

« Ici vous serez Sablé. »


Pas de raison particulière, vous avez oublié déjà ? J'en avais plus depuis longtemps. J'avais depuis longtemps perdu la tête pour ne pas lui mettre un chapeau dessus. Changeant de position toutes les dix secondes, j'écoutais son interrogatoire. Sablé avait l'air d'être amusante et ça me faisait de la compagnie pour le thé. Oui les joyeux non anniversaire avec le Lapin le Loir et Cheshire devenait trop ponctuel. En même temps le Lapin n'était jamais en retard, le loir toujours endormi et le chat toujours mon ami. Je terminais mon thé, celui dans ma tasse uniquement, oui, la théière était pleine. Si elle était vide il n'en resterait plus, et on risquait de devoir en refaire. Mais bon, j'avais déjà bu le thé et l'heure était passée. Bien que le temps était mort et que nous l'avions battu déjà il y a quelques années avec mon ami le Lapin, il fallait attendre que l'heure revienne pour reprendre le thé. Sablé poursuivait ses questions et je continuais mes réponses.

« Il est possible que mon visage est voyagé plus que mon corps. Voyez vous, j'ai déjà perdu la tête. Et oui, on s'est croisé dans la forêt avant l'heure du thé. »


Toujours dans une bougeotte intraitable, je repris du thé dans ma tasse vide. Bien que l'heure soit passée, l'idée de boire du thé non. Me prenant un vent de toute évidence, cela ne rendait pas pour autant le thé moins bon. Malgré mes gesticulations, je ne semblais pas être le plus perturbé d'entre nous deux. Enfin, si, mais non. Enfin, vous comprenez mon point. Pas celui là, celui que j'exposais. Sablé s'étonna de me connaître et se surprit de ma présence à Wonderland. Je riais à éclat, tellement, qu'en m'esclaffant je renversais ma chaise au sol. Désormais sans chapeau et allongé sur ma chaise, je levais la doigt devant mon visage pour lui répondre.

« Bien sûr qu'on se connaît. Vous êtes Sablé et je suis le Chapelier. On s'est rencontré la forêt, ce monde pleins d'arbres. Bien que certains mondes n'aient pas d'arbres. Enfin bref, je suis chapelier, je fais des chapeaux et je bois le thé, quoi d'autre ? Et vous Sablé, que faites-vous ? »


Restant dans ma position, je riais de nouveau. Croisant les bras et me figeant dans un sourire niais et béat, je me laissais envahir par mes pensées. Devais-je reprendre du thé ?

Codage & apparence par © SweetyBB
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: Breathe Into Me   

Revenir en haut Aller en bas
 

Breathe Into Me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» That’s how you stay alive. When it hurts so much you can’t breathe. That’s how you survive... By remembering that one day, Somehow... impossibly... It won’t feel this way, it won’t hurt this much † Stydia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: Les archives de Gold :: Les archives de Gold-