Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Jeux d'enfants (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: Jeux d'enfants (terminé)   Dim 20 Oct - 20:51




    La partie était lancée, à présent je sentais que la fin était proche et que je devrais préparer un discours à lui sortir pour la suite des évènements. Mais, j'étais si prise dans le feu de l'action que j'en oubliais tout le reste. Plus rien ne comptait, je ne pensais plus à rien à part aux indéniables talents de mon ancien ami, nu au-dessus de moi, que j'avais hâte de découvrir. Allais-je être déçue ou non, je ne tardai pas à le savoir. Finalement, après plusieurs instants de jeu coquin, Grégoire par s'aventurer suffisamment loin pour que mon corps tout entier se mette à frissonner, se cambrer sous l'impact qu'avait sa langue sur mon intimité depuis un certain temps inexploré. Je ne retenais sans mal les nombreux couinements et gémissements de plaisir rauques qui s'échappaient de ma gorge tandis que mon ami se faisait de plus en plus fougueux, je l'encourageais ainsi à approfondir ses gestes afin que mon corps finisse par secréter la substance du désir, ainsi prêt à accueillir avec impatience l'intimité de Grégoire. Celui-ci se redresse alors au-dessus de moi, mes bras enlacent son cou et je laisse échapper un petit rire coquin en le défiant du regard, puis je me mords la lèvres, toute excitée et impatiente. Mon amant capture alors mes lèvres pour un échange langoureux et passionné, et n'attend guère longtemps pour entrer en moi. Je plisse doucement les paupières en couinant légèrement contre ses lèvres, plantant un peu mes ongles dans son cou. Et puis finalement je finis par me détendre et le laisser passer sans grand mal, restant agrippée à ses lèvres. Nous voilà à présent partis pour une longue et délicieuse partie de jambes en l'air. Je n'aurais su dire exactement combien de temps elle avait duré, une heure, peut-être deux, peut-être plus. Nos corps s'étaient mêlés et tour à tour nous nous retrouvâmes l'un sur l'autre. Jusqu'à ce que ce qu'il devait arriver arriva, et nous basculâmes du lit. J'éclate de rire et m'empresse de grimper de nouveau sur le lit, où Grégoire ne tarda pas à me rejoindre pour reprendre ce que nous avions commencé, pendant un long moment de nouveau. Jusqu'à ce que finalement, le coup de grâce administré par mon actuel amant me rende folle et me fasse libérer un long et bruyant orgasme que je sentais naître en moi depuis un moment déjà.

    Il est possible que je me sois assoupie un petit instant pour me remettre de mes émotions. Mais je sentis la main de Grégoire vagabonder sur mon épaule, alors j'ouvre doucement les yeux au son de sa voix. Je reviens alors à la réalité, puis me retourne vers lui. Je le regarde un instant, rêveuse, puis je dépose un léger baiser sur ses lèvres.

    « Je t'aime. » fis-je en murmurant, la voix rauque un peu cassée. Puis, je prends un air plus grave et sérieux. « Grégoire...j'apprécie ton offre. Mais mon fils m'attend...je ne sais pas quelle heure il est maintenant, mais je ne peux pas le laisser toute la nuit tout seul. Je dois rentrer...mais, j'aurais besoin que tu...fasses quelque chose pour moi. Enfin, une petite aide. »

    Et j'avais une idée bien précise derrière la tête. Je savais que cet homme amoureux ne pourrait me le refuser. Je commence alors à me redresser, cherchant mes vêtements éparpillés un peu partout dans la pièce.



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 771
POINTS RPS : 114
REPUTATION : 3



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Gregoire Radzinsky »
Mais en réalité, je suis
Raspoutine
MessageSujet: Re: Jeux d'enfants (terminé)   Mer 23 Oct - 11:07







Jeux d'enfants









GregoireRegina






«Tu sais si tu restes jusqu'au petit matin, je te promets un petit déjeuner comme jamais tu n'en as eu. Du café trop fort, quelques viennoiseries délicieusement délicieuses et tout ça sans avoir à bouger du lit. C'est magique non ? Et puis au pire on peut s'accorder une petite grasse matinée non ?»

Et voilà, quelques heures et mon cerveau se ramolli littéralement. Je n'avais pas réfléchis et les mots étaient sorti comme ça, sans préméditation. C'était naïf, pathétiquement naïf, je voulais la retenir un peu plus et je n'avais rien trouvé de plus original que le coup du « petit déjeuner au lit ». Après nos intenses ébats, peut-être qu'elle ne serait pas contre un bon petit truc à manger. J'étais même prêt à mettre les formes et à sortir dehors acheter les viennoiseries promises.
Mais qu'est-ce qui m'arrive là ? Tout ça ne me ressemble pas, du-moins je ne crois pas. Je m'imagine mal dans le rôle de l'amoureux transit, peut-être que finalement j'étais un vrai salaud, que rien ne me toucher.

Regina se réveille enfin, quoique, je ne peux la blâmer de s'être assoupie au vu des quelques exercices physiques auxquels nous venions de nous livrer. Elle se retourne, je dépose un léger baiser sur son épaule nue avant de plonger mon regard dans l'amande de ses yeux. Sans crier gare elle prend une nouvelle initiative et dépose un léger et agréable baiser sur les lèvres encore endormies.

« Tu... »

Et j'ai à peine le temps de poursuivre ma phrase qu'elle me coupe et prononce deux mots qui m'arrêtent de suite dans mon élan...
« Je t'aime » C'est un murmure, mais il est parfaitement audible. Mon estomac se serre, je ne comprends pas. Je devrais pourtant me sentir bien, n'était-ce pas ce que je souhaitais, entendre ? Je ne sais pas, je ne sais plus, tout est si compliqué. J'ai beau essayé de comprendre, mais rien n'y fais. J'ai été dans le coma durant je ne sais combien de temps, j'ai tout perdu, ma vie, mon passé, ma mémoire. Il ne me reste plus rien, sauf Regina, elle est la seule chose qui me rattache encore à mon ancienne vie. Il y a quelque chose entre nous, un lien particulier, très voir trop fort que je ne peux expliquer. Mais je ne peux m'empêcher d'éprouver une désagréable sensation lorsque je plonge mes yeux dans les siens. Elle reprend alors son air sérieux et je comprends que ça va se gâter.

« Grégoire...j'apprécie ton offre. Mais mon fils m'attend...je ne sais pas quelle heure il est maintenant, mais je ne peux pas le laisser toute la nuit tout seul. Je dois rentrer...mais, j'aurais besoin que tu...fasses quelque chose pour moi. Enfin, une petite aide. »

Je mets du temps à sortir de mes pensées, je repense à ce qu'elle vient de dire. En était-elle au moins consciente ? Tout s'accélère dans ma tête, tout se complique aussi. On ne dit pas « je t'aime » comme ça, juste parce que l'on n'a passé une bonne nuit. On ne dit pas « je t'aime » après avoir laissé le plaisir nous envahir... On ne dit pas « je t'aime » sans raison, ni conséquence. Je dois me reprendre et mettre les points sur les « i » il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, c'est trop beau pour être vrai.

« Regina...ça n'est pas un peu trop tôt pour sortir les grandes déclarations ? On n'a...juste passé une nuit ensemble. Et puis tu me dis « je t'aime » et tu me demandes de te rendre un service ? Ca veut dire quoi ça ? »

Elle se redresse et commence à chercher ses vêtements dispersés aux quatre coins de la pièce. Elle tient la couverture entre ses mains et tout en soupirant elle élude ma question.

« Je t'ai posé une question il me semble ! Regarde-moi quand je te parle ! Ca veut dire quoi ça ? »



© Méphi.





All the thing I have are regrets
Revenir en haut Aller en bas
http://thecentre.forumactif.org/
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: Jeux d'enfants (terminé)   Dim 27 Oct - 11:33


    J'étais plutôt contente de l'effet que mon simple baiser accompagné de cette tendre parole sembla avoir fait mouche sur Grégoire. Je pensais que ce serait facile, mais apparemment j'allais avoir un petit plus de mal que prévu. Même si au début, mon compagnon semblait complètement sous mon charme, il ne fallait pas non plus oublier qu'il s'agit de Raspoutine. Un homme qui a tout perdu et dont le cœur est aussi noir que mon âme, un homme qui ne se laissera pas facilement embrigader par une quelconque déclaration en l'air, sans grande conviction. Les méchants dans les contes, ces êtres sans sentiments ne se laissent pas avoir comme ça, encore moins par des choses aussi futiles. Grégoire commence alors à se poser des questions et me met directement sur le fait. Mince, peut-être que j'ai été trop avenante d'un seul coup, et comme cela ne me ressemblait pas, mon ami trouva cela étrange. Quelle idiote, lui faire une déclaration puis lui demander un service, c'était bien trop gros pour être fait en même temps. Me relevant alors, je m'assois sur le bord du lit, dos à lui, et me mord doucement les lèvres. Seulement, je ne réponds pas tout de suite et me relève doucement et en silence, cherchant consciencieusement tous mes vêtements éparpillés un peu dans toute la pièce. Je commence par enfiler ma petite culotte puis me tourne de nouveau à lui pour m'agrafer mon soutien gorge. Seulement, Grégoire se montre un peu plus insistant. Je soupire alors, puis termine de place correctement mon sous-vêtement avant de me retourner vers lui, m'apprêtant à lui répondre.

    « Et alors ? Toi aussi tu...tu m'as dit que tu m'aimais. On a couché ensemble, et alors ? Ça ne change rien. Si tu ne veux pas me croire, tant pis... » fis-je en soupirant, d'un air las.

    Je baisse alors la tête, un peu agacée et vexée qu'il daigne me parler sur ce ton après que je me sois entièrement donnée à lui. Les hommes sont vraiment...enfin bref. Lentement, je pars à la recherche de mon chemisier blanc qui n'est sans doute plus très blanc à présent, ainsi que de mon collant et ma jupe tailleur. Pourtant, je ne pouvais pas m'en aller sans avoir eu ce que je voulais présentement. Je dois avouer que je n'y avais pas du tout pensé avant. Mais maintenant je devais aller jusqu'au bout. Tandis que je remontais tant bien que mal le collant en faisant attention de ne pas l'éfiler, je ne perdais pas Grégoire de vue.

    « Et puis tu pourrais me parler autrement, hein ! À moins que maintenant que tu as eu ce que tu voulais, ça n'a plus d'importance pour toi d'être aimable... » fis-je, à présent agacée, et me dandinant pour remonter jusqu'au bout ce fichu collant.

    J'en viens à présent et finalement au chemisier, parsemé de quelques tâches poussiéreuses à force d'avoir traîné par terre. J'enfilai également ma jupe puis terminai par refaire les boutons du chemisier. Je ne m'arrêtai pas de causer pour autant.

    « Si tu veux venir avec moi...viens. On passera plus de temps ensemble, Henry ne sera plus tout seul, et...de toute façon ta voiture est toujours garée devant chez moi. »



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 771
POINTS RPS : 114
REPUTATION : 3



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Gregoire Radzinsky »
Mais en réalité, je suis
Raspoutine
MessageSujet: Re: Jeux d'enfants (terminé)   Sam 9 Nov - 19:32


Jeux d'enfants
R

egina... ça n'est pas un peu trop tôt pour sortir les grandes déclarations ? On n'a...juste passé une nuit ensemble. Et puis tu me dis « je t'aime » et tu me demandes de te rendre un service ? Ca veut dire quoi ça?

-Et alors ? Toi aussi tu...tu m'as dit que tu m'aimais. On a couché ensemble et alors ? Ça ne change rien. Si tu ne veux pas me croire, tant pis...

Les braises à peine consumées, voilà qu'entre nous le feu reprenait de plus bel. C'est à savoir lequel de nous, prendra le dessus sur l'autre. A croire que dans une autre vie nous étions ainsi fais. En y repensant j'en arrive à me demander si nous n'étions que des amis, je repense dans ma tête tous les schémas possibles et il est incontestable que cette femme était à mes yeux bien plus que ça. Je comprends très vite que mes paroles l'ont blessé et me voilà encore surchargé de culpabilité. J'aurai dû modérer mes mots, mais qu'est-ce qui me passe par la tête, bon sang ? Quel con !  Je soupire longuement pour enfin me laisser retomber sur le lit tandis que Regina se lance à la recherche de ses vêtements. Je regarde le plafond tout en soupirant ne sachant que faire de plus. Regina quant à elle remontait non sans difficulté son collant faisant preuve de minutie et de doigté pour ne pas effiler « l'engin ». Décidément j'ai toujours du mal à comprendre les modalités vestimentaires et encore plus lorsqu'elles sont féminines. Madame le Maire vexée par le contenue de mes paroles, ne manque pas d'ailleurs de se faire entendre à nouveau à mon plus grand regret.

« Et puis tu pourrais me parler autrement, hein ! À moins que maintenant que tu as eu ce que tu voulais, ça n'a plus d'importance pour toi d'être aimable... »

Et voilà, un uppercut de plus, un. J'ai beau essayé d'essuyer les coups, rien n'y fais, tout me reviens en pleine face. Ce jeu du chat et de la souris, n'est pas sans conséquence, ni pour l'un ni pour l'autre. Mais comment peut-elle penser ça ? Piqué au vif par les acerbes paroles de Regina, je me redresse, je passe la main sous le lit, récupère mon pantalon que j'enfile et tandis qu'elle termine de s'habiller je m'approche avec précaution d'elle.

« Regina, excuse-moi ! Je ne veux en aucun cas que tu crois qu'au vu de ce qui s'est passé plus rien n'a d'importance pour moi. Tu me connais mieux que quiconque, alors tu sais que je ne suis pas comme ça, où dans l'éventualité que je l'ai été un jour, je ne le suis plus maintenant »

Elle termine de boutonner son chemisier et enfile sa jupe. Je m'approche à nouveau et comble la distance qui nous séparaient l'un de l'autre. Du revers de la main, je balaye les quelques traces poussières qui ont élu domicile sur son chemisier.

« Si tu veux venir avec moi...viens. On passera plus de temps ensemble, Henry ne sera plus tout seul, et...de toute façon ta voiture est toujours garée devant chez moi. »

Je place mes mains autour de son visage et pour la rassurer je dépose sur ses lèvres pulpeuses un léger baiser pour ensuite remettre en place une mèche venue ombrager son magnifique visage.

« Bien sûr que je vais venir avec toi, bien sûr que je veux qu'on passe plus de temps ensemble et bien sûr que j'ai envie d'apprendre à connaitre ton fils. Cette nuit, ce n'était pas juste du sexe, je veux que tu en est pleinement conscience et que tu ne doutes pas de moi. J'ai encore beaucoup de progrès à faire, laisse-moi un peu de temps »

Je ne peux m'empêcher de l'embrasser à nouveau

« Laisse-moi cinq petites minutes, le temps de finir de m'habiller ok ?»


code by Mandy



All the thing I have are regrets
Revenir en haut Aller en bas
http://thecentre.forumactif.org/
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: Jeux d'enfants (terminé)   Lun 25 Nov - 10:55


    Le feu est revenu. Où en étions-nous maintenant ? Une dispute, après un moment de plaisir, tout cela ravivait en moi bien des souvenirs. Nous étions bien évidemment plus jeunes à cette époque, plus insouciants, plus...immatures. Mais le naturel revient au galop et nous sommes tous deux de retour au point de départ. Comme si...comme si il ne s'était jamais rien passé. Grégoire prétend m'aimer, depuis le début. Je me suis donnée à lui sans vraiment songer aux conséquences. En fait, je pense lui avoir fait plus de mal que de bien, malgré les nombreux et indissociables gémissements de plaisir émanant de nos deux êtres. Devais-je prendre tout cela au sérieux ? Je lui avais également dit que je l'aimais. Oui, ça c'est sûr je l'ai aimé. Beaucoup, par le passé. Et aujourd'hui il reste mon seul ami, la seule personne dans cette ville en qui je peux avoir confiance et qu'importe ce qu'il se passera par la suite, il ne me laissera pas tomber. C'est ce qu'il n'avait cessé de me faire comprendre. Mais pouvais-je vraiment avoir confiance en lui ? Après ce qu'il m'a fait, par le passé. Je l'ignore encore. Tout ce que je sais, c'est qu'il y a une différence entre aimer et être éperdument amoureux. Était-ce le cas pour nous deux ? C'était trop tôt pour le dire. Je ne pouvais pas réfléchir à la question. J'avais quelque chose de bien plus précieux en tête, la première était de ne pas laisser Henry tout seul à la maison trop longtemps. La deuxième...et bien, Grégoire n'avait pas semblé très enclin à l'entendre malgré ma demande. Chose à renouveler plus tard...chez moi. Je termine donc de m'habiller. Raspoutine s'excuse, voilà bien une « dispute » qui se termine sans trop haussements de voix. Cela n'a pas toujours été le cas. Bien sûr qu'il ne voulait pas simplement ce qu'il a eu cette nuit-là. Ses paroles finissent par m'apaiser, moi aussi. Il s'approche de moi, passant tout tendrement ses mains sur mes joues, plantant son regard intense dans le mien, pour venir délicatement poser ses lèvres sur les miennes. Après une longue inspiration, je me détache un peu de lui.

    « Je te crois. Je le sais. Je sais que tu n'es pas comme ça. Mais je ne voudrais pas non plus que tu... » Je soupire. « Oh non, laisse tomber. »

    Je ne pus terminer ma phrase. Pourtant avec n'importe qui d'autre je n'aurais eu aucun scrupule à dire le fond de ma pensée. Mais la vérité, c'est que je ne savais pas trop où j'en étais, ainsi je ne pourrais pas lui répondre, même si il me demandait d'achever ma phrase. Je lui avais proposé de me raccompagner chez moi. Je serais plus rassurée de me savoir sous le même toit que mon fils. Grégoire m'embrasse de nouveau, ce simple contact me fait frissonner. Il me demande quelques minutes pour finir de se préparer. J'aquiesce alors, d'un bref signe de tête.

    « Bien sûr. Rejoins-moi à ma voiture. »

    Impassible, je tourne les talons et descend au salon pour récupérer mon sac, puis finit par quitter son appartement. La pluie n'a pas cessé dehors. Il tombe des trombes d'eau, et je reste exprès quelques instants sous la pluie, les yeux fermés et le visage relevé vers le ciel, espérant m'éclaircir l'esprit et y trouver des réponses. Mais je n'eus pas suffisamment de temps. Grégoire apparut alors à son tour sur le pas de la porte. Je sursaute légèrement à sa présence, puis me retourne vers lui, lui lançant comme si de rien n'était :

    « Alors, on y va ? »

    Je n'étais pas d'humeur à discuter et justifier mon attente sous la pluie plutôt que bien au chaud dans ma voiture. Je m'empare de la clé et exerce une pression sur la clé pour ouvrir la belle mercedes noire. J'invite mon ami à y prendre place, puis je m'y installe à mon tour. Il ne fallut que quelques minutes pour arriver finalement chez moi. Je me gare devant la porte du garage, mais ne bouge pas. Je détache simplement la ceinture, mais je reste les mains sur le volant et regardant droit devant moi.

    « Bon...que veux-tu...faire, maintenant ? »



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 771
POINTS RPS : 114
REPUTATION : 3



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Gregoire Radzinsky »
Mais en réalité, je suis
Raspoutine
MessageSujet: Re: Jeux d'enfants (terminé)   Dim 29 Déc - 15:01


Jeux d'enfants
R

egina, excuse-moi ! Je ne veux en aucun cas que tu crois qu'au vu de ce qui s'est passé plus rien n'a d'importance pour moi. Tu me connais mieux que quiconque, alors tu sais que je ne suis pas comme ça, où dans l'éventualité que je l'ai été un jour, je ne le suis plus maintenant.
-Je te crois. Je le sais. Je sais que tu n'es pas comme ça. Mais je ne voudrais pas non plus que tu… Oh non, laisse tomber… »

Toutes les histoires commencent pareilles et s'achèvent de la même façon. Nous ne sommes que des pantins, de vulgaires bouts de chiffons articulés par une force qui nous dépasse, le Destin. La chance sourit aux audacieux et le malheur aux ténébreux. Malgré les circonstances je trouve encore le temps de faire de l'humour, c'est tout moi ça. Que dire de plus ? J'ai aimé, une peut-être même deux fois. Je ne m'en souviens plus vraiment, c'était surement à une autre époque, dans une autre vie, peut-être même dans un autre monde, soyons fous. Les jeux d'enfants aussi innocents soient-ils, ont en réalité bien plus de résonances qu'on ne voudrait le croire. Je l'ai compris, mais trop tard à mon plus grand regret. Regina était comme un mirage, un doux rêve. Je l'a voyais sans la voir et l'écouter sans l'entendre. Je suis passé à côté de ma vie en refusant de m'accrocher à ce doux rêve, aujourd'hui j'en paye le prix. Peut-être m'a-t-elle aimé par le passé ? Mais était-ce un amour infini et sans faille ou n'était-ce qu'un vulgaire amour filial ? Jamais je ne le serais, car à présent elle est une autre, emplis de haine, de rancœur. Je ne le sais pas encore, mais en entrant dans cette voiture, en l'a raccompagnant jusqu'à chez elle, je vais accepter de me laisser aveugler par mes sentiments, sans comprendre comment ni pourquoi ?

-Laisse-moi cinq petites minutes, le temps de finir de m'habiller ok ?

Un regard, un sourire, un baiser, mais elle était restée impassible, elle tourna les talons et quitta l'appartement pour rejoindre sa voiture garée juste devant le studio. C'est à ce moment-là que j'aurai dû comprendre, à ce moment-là que j'aurai fuir, mais rien. J'avais besoin d'elle, de sa présence, d'entendre sa voix, d'être à ses côtés. Je n'ai pas traîné, j'ai attrapé dans le placard un autre jean, une chemise noire que j'ai boutonné à la hâte. J'ai pris une paire de basket que j'ai lassé tout aussi vite. J'ai éteins les lumières, fermais les lieux puis me suis dirigé vers l'entrée. Dehors il s'était remis à pleuvoir et Regina attendait hors de sa voiture, ce qui me surprit sur l'instant

-Hey ! Tu vas être trempée !

Elle sursauta légèrement, se retourna et m'adressa froidement :

-Alors, on y va ?

Vraisemblablement elle n'était pas d'humeur a entamé la conversation. Mais pourquoi les femmes étaient-elles aussi difficiles à vivre ? Pourquoi être aussi lunatique ? Quel en est l'intérêt ? Tout un tas de questions déferlées dans ma tête et puis à défaut d'avoir une véritable conversation avec Madame Mills, il fallait bien que je me trouve un interlocuteur pour passer le temps.
Elle monta la première dans la belle Mercedes qu'elle démarra tout aussi vite, je pris place à ses côtés sous rien ajouter, que pouvais-je dire de plus après tout ?

Le trajet n'était pas long en termes de distance, mais le temps semblait s'être allongé. Jamais cinq minutes ne me parurent aussi longues. L'ambiance à l'intérieur du véhicule était au moins aussi froide qu'à l'extérieur où il continuait de pleuvoir. Je fixais les gouttes de pluie venant mourir sur le pare-brise tout en me laissant hypnotiser par le mouvement en balancier des essuies glaces. J'étais ailleurs, me refaisant le film de la soirée dans la tête, regrettant presque certaines choses.

Le trajet prit fin lorsque la belle automobile se gara devant la porte du garage. Plus rien, pas un mouvement, immobilité total, le moteur continuait cependant à tourner. Regina se contenta de détacher sa ceinture, prenant soin toutefois de garder ses mains sur le volant tout en fuyant mon regard.

-Bon...que veux-tu...faire, maintenant ?

Elle était ailleurs, impassible, froide, j'étais déçu, blessé et prêt à tout pour qu'elle me regarde, qu'elle me sourit alors sans réfléchir je lui lançais :

-Tout à l'heure tu m'as dit que tu avais besoin que je fasse quelque chose pour toi, une petite aide. Tu t'en souviens ? J'accepte de t'aider, dis-moi ce que tu attends de moi, je le ferais.


code by Mandy



All the thing I have are regrets
Revenir en haut Aller en bas
http://thecentre.forumactif.org/
MESSAGES : 2151
POINTS RPS : 310
REPUTATION : 24



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Régina Mills »
Mais en réalité, je suis
la Méchante Reine
MessageSujet: Re: Jeux d'enfants (terminé)   Ven 10 Jan - 17:20

    Grégoire Radzinsky, ou plus connu sous le nom de Raspoutine avant d'être sorti du coma il y a déjà quelques temps, grand sorcier maléfique, allait enfin reprendre du service. Malheur à lui d'être tombé entre les griffes de la méchante Reine dont la vilenie n'a aucune limite. Et l'esprit de séduction non plus, une jeune femme belle, ténébreuse, séduisante, puissante mais surtout manipulatrice. Mesdames et messieurs, Régina Mills. Elle aurait pu choisir une fin heureuse il y a de ça bien longtemps mais son destin, manipulé de bout en bout, n'a pu qu'aboutir sur une fin malheureuse et faire d'elle ce qu'elle est aujourd'hui. Pourtant, il aurait été facile pour elle, après la révélation de son ancien ami sur son amour inconditionné à son égard, de laisser tomber toutes ces manigances et de tout simplement vivre une vie paisible et passionnelle avec un bel homme. Mais à force de sacrifier ses occasions d'avoir une belle vie, Régina Mills préférait tout gâcher en persistant à détruire sa pire ennemie Mary Margaret, pensant que cela serait la seule chose qui pourrait éventuellement la rendre heureuse. Elle a toujours cru qu'on ne naît pas mauvais, on le devient. Et elle était incontestablement devenue mauvaise, et pensait n'avoir aucune chance de rédemption. Ainsi, elle comptait bien aller jusqu'au bout. Opiniâtre Régina, vile manipulatrice, venait de piéger Raspoutine, un des plus grands sorciers de la forêt enchantée. D'une habituelle façon qu'elle utilisait presque aussi bien que la manière forte, celle de la séduction. Profitant de la naïveté dont son ancien ami faisait preuve, de ses sentiments à son égard, Régina Mills sauta sur l'occasion, et...

    Et après avoir passé tout le retour de chez Grégoire jusqu'à ma belle et riche demeure en laissant un ange passer, mon pauvre ami devait se demander pourquoi mon humeur avait si soudainement changé. Mais j'étais résolue à faire ma mauvaise tête, et attendait une quelconque réaction de sa part tandis que mes mains se crispaient d'agacement sur le volant de ma Mercedes. Je lui avais certes demandé ce qu'il voulait faire à présent, mais la chose était claire. Pour ma part, je voulais rentrer. Grégoire allait récupérer sa voiture et au revoir. Jusqu'à ce que...de douces répliques sonnèrent à mes oreilles comme une douce mélodie victorieuse. J'esquisse un léger sourire narquois. J'avais gagné. Pour garder la femme qu'il aime, Raspoutine devrait se plier aux ordres qui lui seraient sommées. Je me tourne alors vers lui, le sourire narquois s'était dissipé et je lui souriais à présent tout tendrement.

    « Je savais que tu me laisserais pas tomber...mon cher Grégoire. »

    Je me redresse alors sur mon siège de la voiture et penchant légèrement la tête je me penche sur son visage pour embrasser le coin de ses lèvres. Ma main glisse sur sa joue, et, la caressant doucement je me hisse sur ses genoux, restant à califourchon sur lui. Mon autre main descend sur son torse et mes lèvres se posent cette fois sur les siennes pour un baiser plein de tendresse. Ainsi, je le regarde.

    « Voilà, alors... »

    Et je lui explique la plan. Let's play...



FIN



You think I'm a vilain ? ◮
« There's nothing more dangerous than a beloved mother »
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: Jeux d'enfants (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jeux d'enfants (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Ejayremy : nouveau partenaire jeux videos
» Des jeux en ligne qui prend 5 min
» Jeux qui ne veut pas demarrer (résolu )
» Commande de Design pour Sweet Korean [Terminé]
» Problème de ports jeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: Les archives de Gold :: Les archives de Gold-