Forum RPG sur la série Once Upon A Time
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Do you want a chamallow ? | Odile & Willy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MESSAGES : 273
POINTS RPS : 50
REPUTATION : 14



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Harmony Sonnenstrahl »
Mais en réalité, je suis
Raiponce
MessageSujet: Do you want a chamallow ? | Odile & Willy   Dim 17 Fév - 0:57





« Just like it ! »

«Odile & Willy»


La Saint-Valentin était enfin passée et, comme chaque année, le chiffre d'affaire de la chocolaterie Wonka avait battu des records. Avec Pâques, la journée des amoureux était sa période favorite. Il la passait certes seule, ou du moins avec sa chère chocolaterie, mais il avait au moins la satisfaction de recevoir beaucoup plus de commande qu'en temps normal. Ses chocolats étaient envoyé un peu partout dans le monde et malgré tout, lui, restait à Storybrooke. Ce n'était pas les invitations sur les plateaux télé qui manquait, mais William avait peur de quitter Storybrooke. Une peur viscérale qui lui prenait les tripes dès qu'il arrivait à la frontière de la ville. Il y avait ce panneau, et puis la route qui s'élançait vers l'inconnu. Il observait de temps à autre le chemin de goudron, sans jamais éprouver le besoin d'aller voir plus loin. D'où lui venait cette peur ? Il ne le savait pas et, au fond, cela lui importait peu. Il y avait tout ce dont il avait besoin ici ; sa chocolaterie, des amis, une vie gaie et tranquille.

Midi était passé depuis quelques heures, et William rentrait de chez Granny's à grand pas, emmitouflé dans son habit vert. Ses chaussures crissaient dans la neige, s'y enfonçant d'au moins dix centimètres. C'est fou ce qu'il pouvait faire froid ! D'ailleurs, où en était ce chewing-gum-bouilotte ? Oui, encore une de ses idées loufoques, qu'il essayait en ce moment même de mettre au point ; vous mâcher le chewing-gum et vous n'avez plus froid. Deux heures de chaleur par bout de gommes. Génial, non ? Avec un peu de chance, ils seront près pour l'hiver prochain... Enfin arrivé à la chocolaterie, Willy ne se fit pas prier pour entrer. Il ôta son chapeau, fit tomber la neige accrochée à son manteau vert avant de le pendre derrière le comptoir. Une boule de poils blanche sortit d'un recoin du comptoir pour sauter sur l'épaule du chocolatier avec un couinement aigüe de bête affamée. Charly, sa chère hermine, réclamait encore de quoi se nourrir. Avec un petit soupire il remplit sa gamelle et remarqua par la même occasion que le bol posé près de la caisse était vide. Il se pencha pour attraper une boîte de chamallows, qu'il vida dans le récipient. Là. Parfait. Bonbons mis à la disposition des clients, mais qu'il finissait lui-même le plus souvent. On ne résiste pas à une confiserie, et encore moins à une confiserie Wonka.

Le jeune homme s'assit sur sa chaise et, posant une paire de lunette sur son nez, se replongea dans d'harassant calculs. Ah, oui, la Saint Valentin était géniale pour engranger un peu plus de revenus, mais les calculs qui s'ensuivait... Willy finit rapidement par dessiner ce qui lui passait par la tête, ne désirant rien oublier de chacune des petites – ou grandes – idées qui lui traversait l'esprit, jusqu'à ce qu'il s'endorme.

Des petits cris le réveillèrent. Il grommela en se redressant, pour voir, à travers sa vision encore un peu floue, la porte s'ouvrir et se refermer. La cloche tinta, aussi. William se redressa en frottant ses yeux, reconnaissait alors la jeune femme qui venait d'arriver. Il s'agissait d'Odile, qu'il avait rencontré pour la première fois en larme. Il se souvenait lui avoir offert du chocolat en espérant lui remonter le moral, sans la juger ni chercher à la harceler pour connaître le motif de sa tristesse. Depuis ce jour, les deux jeunes gens en étaient venu à s'apprécier.

    - Willy : Bonjour Odile !


Charly sauta sur l'épaule de son maître alors que celui-ci se levait et faisait le tour du comptoir pour saluer comme il se devait la demoiselle, un sourire collé au visage.

    - Willy : Qu'est-ce qui t'amène aujourd'hui ? Une envie particulière, ou rien de spécial ?


Sur ces paroles, le chocolatier attrapa le bol de chamallows, en piqua un au passage, et le tendit en direction de la jeune femme.


(c) Ségo Soyana






Dernière édition par William J. Wonka le Mer 20 Mar - 12:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Do you want a chamallow ? | Odile & Willy   Dim 17 Fév - 14:45


Do you want a chamallow ?

   
♦William Wonka♦Odile White♦

Odile sortait tout juste de l'école. Quelle journée palpitante que la Saint Valentin. Elle avait reçu des roses, des cartes en cœur et des chocolats. Par dizaines, par centaines, mais son si cher Siegfried n'avait rien fait. Il l'avait ignoré, offert un collier d'argent à Odette, puis plus rien. Il avait disparu dans les tréfonds de son château. Et, Odile s'était faite harcelé la journée entière par des rêveurs qui n'avez pas encore compris qu'ils n'avaient aucune chance !
Elle marchait d'un pas énervé dans la neige. Quelques flocons tombaient paresseusement, venant se posaient dans ses cheveux. Doucement, la colère se recouvrait de neige, laissant place à de l'amertume et à de la mélancolie. Une fois encore les larmes voulaient l'envahir et la détruire. Casser tout ce qu'il reste d'elle. Mais, elle avait sa fierté, et elle ne pouvait se permettre de la perdre elle aussi.
Elle sortit alors un carreau de chocolat Wonka. Quelle perfection que son ami créait. Elle sentait une vague de chaleur montait en elle. Le cygne noir hésita quelques secondes avant de prendre sa décision. Willy devait se sentir bien seul en cette Saint-Valentin. Il aimait cette fête mais la passait toujours seule. Il est temps de changeait les choses. Elle rentra rapidement chez elle et troqua son uniforme bleu contre une jupe noir à volants. Elle arrive juste au-dessus des cuisses. Un joli pull rouge, rentrée dans la jupe avec un col Clotilde noir. Elle passe un rapide coup de brosse dans mes cheveux et sort affronter le froid.
Parler avec William l'avait toujours rassuré calmé. William était de ceux dont la douce gentillesse, celle qui te réveille de longs cauchemars et te donne envie de sautiller dans la neige. Odile sourit en agitant ses cheveux devant un miroir puis sorti.
La jeune femme marchait lentement. Le froid transforme l'ai expulsé de ses poumons en fumée. Elle est enfin arrivée. Elle s'arrête devant la porte pour secouer ses longs cheveux bruns et pour sentier les effluves du si bon chocolat de Willy. Le cygne entre dans la magasin. Une agréable chaleur envahit les doigt engourdie de la demoiselle. Elle s'arrêta pour chercher Willy du regard. Où-était encore passé ce cher chocolatier ? Il était là, assis sur une chaise, les yeux dans le monde des rêves. Il somnolait au travail ? Charly était sur son épaule.

-Bonjour Odile !

Odile s'approche de lui tout en déboutonnant sa veste. Le chocolatier se leva et fit le tour du comptoir pour s'approcher d'Odile. Il avait un morceau de marshmallow sur le coin de la lèvre. La jeune femme éclate discrètement de rire.

-Coucou Willy.

Odile sourit légèrement. Elle avait encore envie de rire. Comme toujours quand elle rentre dans cette chocolaterie. William sourit comme un enfant. Sans se retourner, il attrape sur le comptoir une coupelle pleine de marshmallows.

-Qu'est-ce qui t'amène aujourd'hui ? Une envie particulière, ou rien de spécial ?

Tout en lui tendant la coupelle. Odile prend un chamallow et en mange un bout. Il est délicieux comme toujours. Il a un goût délicatement sucré, merveilleusement léger et doux. Le cygne se sentait fondre, elle avait envie de rester là pour toujours. Mais, on ne fait pas ce qu'on veut dans la vie.

-J'avais juste envie de te voir et de te tenir compagnie. Et de discuter aussi.

Elle retire sa veste, il fait vraiment chaud dans ce hall. Elle la pose et agite ses cheveux, finissant de les débarrasser des flocons de neige. Elle finit son marshmallows, sortit sa langue pour ne pas en laisser une miette. Elle finit même par se laisser tenter et prit un autre marshmallow. Si le premier était bleu clair, comme le ciel d'hiver, celui-ci était rouge sang. Une magnifique couleur. Elle le goûta et l'aima presque plus que celui d'avant. Il avait un goût cerise, mais pas lourd ou bourratif, sucrée et dorée au soleil. Que d'idées géniales il y a dans le cerveau de William. Odile était prête à parier que son chiffre d'affaires avait explosé en cette Saint-Valentin. Et presque aucun de ses prétendants n'avaient pensé à lui offrir un chocolat Wonka. Quels goujats.

-Et j'ai aussi besoin de me réapprovisionner en chocolat. Je n'en ai presque plus, et c'est intolérable en cette Saint-Valentin.


©Leris
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 273
POINTS RPS : 50
REPUTATION : 14



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Harmony Sonnenstrahl »
Mais en réalité, je suis
Raiponce
MessageSujet: Re: Do you want a chamallow ? | Odile & Willy   Ven 22 Fév - 17:46





« Just like it ! »

«Odile & Willy»


Odile attrapa un chamallow avant d'en manger un bout. A vois son expression, il devait être bon. Non, en fait, il était bon. Comment aurait-il pu en être autrement ? Après tout, il s'agissait d'une de ses confiseries, et tout ce que Wonka met en vente est forcément bon. La seule chose que voulait Willy, c'était rendre le monde heureux, leur donner un peu de plaisir et, quand il voyait le sourire qui illuminait la bouille d'ange d'Odile, il ne pouvait que se dire que son objectif était atteint. Il n'avait plus qu'à étendre et réitérer ce ''succès'' partout dans le monde.

- Odile : J'avais juste envie de te voir et de te tenir compagnie. Et de discuter aussi.

Le sourire de William s'agrandit. C'était gentil de la part de la jeune fille de venir lui tenir compagnie en cette journée de Saint Valentin. Il ne doutait pourtant pas une seule seconde que la ravissante étudiante ai dû avoir une foule de prétendant, mais il fallait croire qu'aucun n'était celui qu'elle attendait. Odile enleva sa veste et la posa non loin ; William la récupéra pour la pendre à côté de son propre manteau derrière le comptoir, et tira une chaise pour inviter la demoiselle à s'y asseoir.

- Odile : Et j'ai aussi besoin de me réapprovisionner en chocolat. Je n'en ai presque plus, et c'est intolérable en cette Saint-Valentin.

William s'arrêta et fronça les sourcils quelques secondes. Comment ça ? Elle n'avait presque plus de chocolats Wonka ? La seule raison à cela était qu'on ne lui avait pas offert de ses chocolats à lui et elle avait bien raison ; c'était intolérable. C'était même un crime de lèse-majesté. Ah ! De nos jours, les jeunes hommes n'avaient plus aucun goût, ce que c'était malheureux.

- Willy : Effectivement, voilà quelque chose d'intolérable et de fort honteux.

William fit deux tours sur lui-même ; tour de manège qui ne plu guère à Charly puisque celle-ci sauta de son épaule pour atterrir sur la petite table et observer Odile de ses grands yeux – enfin, grand, tout était relatif. Le chocolatier s'éclipsa quelques minutes dans l'arrière-boutique et revint avec un jolie cygne en chocolat. Il retourna directement s'asseoir à la table avant de poser ''l'oiseau'' sur la table et le tendit à Odile.

- Willy : Tiens. On va dire que c'est mon... Cadeau de St Valentin !

Voilà bien longtemps qu'il n'avait plus offert de chocolat pour le 14 février. Il en vendait, mais... Maintenant qu'il y pensait, peut-être bien que c'était la première fois. Non, s'il réfléchissait bien, il devait trouver. Il haussa les épaules pour lui-même avant de reporter son attention sur Odile.

- Willy : C'est gentil d'être passé. Tu veux peut-être un thé, un café ou un chocolat ?

Non, Willy ne savait toujours pas faire de thé décent. Il en avait acheté tout préparé qu'il n'avait plus qu'à mettre dans de l'eau chaude – même si cela ferait sans doute dresser les cheveux sur la tête d'une certaine rouquine. Mais ce thé était potable, alors il faisait avec. Quand au café, et bien, il faisait comme tout le monde. Au final, il n'y avait certainement que le chocolat dont il pouvait vanter les mérites.


(c) Ségo Soyana






Dernière édition par William J. Wonka le Mer 20 Mar - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Do you want a chamallow ? | Odile & Willy   Sam 2 Mar - 10:52


Chocolate Swan


♦William Wonka♦Odile White♦

Willy avait un grand sourire sur la visage. Il explosait la joie et la chaleur. Je sourie pendant que Willy pend ma veste au porte-manteau. Je m'assis sur la chaise et passa les mains dans mes cheveux.

-Effectivement, voilà quelque chose d'intolérable et de fort honteux.

J'éclate de rire devant le ton royal de William. Monsieur Wonka est le roi du chocolat. Je m'incline légèrement, pour le voir se relever et faire deux tours sur lui-même. Il n'a pas franchement la grâce d'une danseuse. Mais, il m'attendrit, qu'il est mignon mon cher confident. Charly ne sembla pas apprécier la beauté du geste et sauta sur la table. Elle me fixa de ses yeux ambrés. Willy quitta la pièce pour l'arrière boutique. Un problème en machinerie ou une nouvelle invention sur le feu. On ne sait jamais. Je pris Charly et la caressa lentement d'un air distraite. J'étais tellement déçu en cette Saint-Valentin. Odette devait être entrain de se promener main dans la main avec Nate. Quelques flocons tomberaient sur ses cheveux. J'imagine bien Nate les lui enlevé puis l'embrasser. Le bruit d'une porte me fait sursauté. Willy est de retour. Il avait un magnifique cygne au chocolat. Je sursaute, apeurée. Il veut juste me faire plaisir et je repris une expression joyeuse. Il ne pouvait pas savoir. Mon cœur avait encore du mal à ralentir. J'avais l'impression que l'on n'entendait que lui dans la pièce. William s'assit et posa la cygne sur la table en disant :

-Tiens. On va dire que c'est mon... Cadeau de St Valentin !

Je rougie un peu. Je ne savait pas qu'il fesait des cadeaux pour la Sait-Valentin. J'étais touchée et heureuse de cette délicate attention. Je pris le chocolat en forme de cygne. Il était merveilleusement bien dessiné, fin. Un sculpture digne de Michel-Ange, faite pour moi.
Je relève la tête pour le remercier, le voyant hausser les épaules. Je lève un sourcil, étonnée. Il avait du se perdre dans ses penser.

-Merci Willy. Je suis touchée. Il est magnifique. Et délicieux, j'en suis sûre.

Je repose le cygne et recommence à caresser Charly. J'avais envie de garder le cadeau de William jusqu'à ma fin. Mais, il fondrait et je ne pourrais le goûter. Je le mangerais ce soir, devant un bon film à l'eau de rose, avec un pot de glace.

-C'est gentil d'être passé. Tu veux peut-être un thé, un café ou un chocolat ?

Il ose poser la question. William ne savait pas faire un thé. Pas comme Jefferson en tout cas. Aislinn devait détesté cette honteuse inaptitude de Willy. Son café ne devait pas être génial. En tout cas, il ne pouvait que souffrir d'une comparaison avec son chocolat. Tellement mousseux. Je fis semblant d'hésiter. Mais le choix est déjà tout fait.

--Je ne sais pas. C'est un choix bien difficile. Peut-être du chocolat. Non, évidemment du chocolat.

Je pris le cygne et le lécha distraitement. Il était délicieux et fondant. J'avais l'impression d'être de retour chez moi. Ou dans les bras de Siegfried. Je croque un bout de l'aile pour chasser ses mauvaise pensée. Tout en caressant la jolie hermine toujours sur mes genoux.

©Leris
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 273
POINTS RPS : 50
REPUTATION : 14



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Harmony Sonnenstrahl »
Mais en réalité, je suis
Raiponce
MessageSujet: Re: Do you want a chamallow ? | Odile & Willy   Lun 18 Mar - 17:00





« Just like it ! »

«Odile & Willy»


Odile rougit légèrement quand il lui offrit le cygne, signe manifeste de sa joie (n'est-ce pas ?). William lui adressa un grand sourire ; encore dans le mille ! Décidément, c'était un don. Il avait de la chance, son âme lui disait « Tien, cette forme là plairait sûrement à X, et celle-ci à Y ! ». Il ne savait pas comment ni pourquoi, c'était l'instinct. Comme Aislinn et les lapins, Eléazar et les serpents... Odile et les cygnes. Le chocolatier se félicitait pour cette bonne étoile qui semblait veiller sur lui.

- Odile : Merci Willy. Je suis touchée. Il est magnifique. Et délicieux, j'en suis sûre.

William esquissa un sourire et lui adressa un petit clin d'œil, alors qu'il lui proposait une boisson chaude. Il attendit quelques secondes que la jeune femme fasse un choix, avant de comprendre que son hésitation n'était faite que pour le taquiner.

- Odile : Je ne sais pas. C'est un choix bien difficile. Peut-être du chocolat. Non, évidemment du chocolat.

Le chocolatier fit demi-tour alors qu'Odile goûtait le cygne en chocolat, pour lui préparer un chocolat chaud. Même deux ; il allait en profiter pour en boire un peu lui-aussi, comme s'il n'en profitait pas assez de toute la journée. Et malgré tous les petits plaisirs qu'il pouvait s'accorder en un temps record, William ne grossissait pas. Il ne devenait même pas diabétique ! Celui qui pouvait lui expliquer ce miracle de la nature aurait sa reconnaissance éternelle ; cela ne pouvait pas être magique n'est-ce pas ?

Il passa dans l'arrière-boutique pour préparer les boissons, tout en sifflant un air qu'il avait en tête. Deux tasses, du lait chaud, un peu de son merveilleux chocolat – en poudre pour l'occasion – rajoutant un peu de sucre – à peine – et l'un de ses ''ingrédients miracle secret''. Quand il revint vers la jeune femme, Charly, qui dû sentir la bonne odeur émanant des tasses, sauta à terre pour se faufiler entre les jambes du jeune homme.

Et l'impensable se produisit.

William fit un faux pas, se rattrapa, voulu éviter l'hermine et chuta, renversant le chocolat... A peu près partout autour de lui. Il se releva en vitesse, se demandant comment ses tasses avaient put survivre au choc. Le chocolatier jeta un regard désolé à ses habits, avant d'embrasser la pièce du regard et... Oups.

- Willy : Oh ! Je suis désolé, vraiment ! Quel idiot, quelle cruche, quel...

William secoua la tête avant d'attraper un torchon qui passait par là pour le passer à Odile, le temps de courir chercher une serviette et une serpillère. Parce que si la pièce avait été aspergée, la pauvre jeune femme n'avait pas été miraculeusement épargnée.

- Willy : 'Dieu que je me sens bête... Excuse-moi !


(c) Ségo Soyana




Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Do you want a chamallow ? | Odile & Willy   Sam 23 Mar - 23:20


Chocolate Swan


♦William Wonka♦Odile White♦

Mon chocolatier préféré fait demi-tour, pour me, nous , régaler d'un voluptueux chocolat. Je reprends le cygne et le finit rapidement. J'ai du chocolat de partout, comme une enfant. Il y a longtemps que je n'avais pas fait ça. Je me lèche les lèvres pour ne pas perdre la moindre miette de chocolat. Je chasse d'un geste les pépites du pelage de la jolie hermine blanche, tout en tentant d'endiguer les souvenirs d'enfance. Des voix hurlent dans ma tête. Je rejette mes cheveux en arrière, et je ferme les yeux. J'ai mal à la tête, une intolérable migraine me prend la tête. Je serre Charly contre mon cœur. Assez fort pour lui arracher un couinement. Je relève la tête, et la pose par terre. Pauvre hermine. Le mal de tête part pour mieux revenir. J'ai l'impression qu'on m'enfonce une épée dans la tête. Je me retiens de justesse de hurler. Mes mains se portent par réflexes autour de ma tête. Mes mains s'enfoncent dans mon crane, elles tentent d'y arracher la douleur. Un sifflement me parvient, je finis par en identifier l'origine. Willy chantonne Willy Wonka Welcome Song. Sa propre chanson. La douleur aurait-elle été moins intense que j'aurais éclatée de rire. Je dois me contenter d'un pauvre sourire crispée.
Un bruit de pas me fait ouvrir les yeux. Je ne m'étais même pas rendue compte de les avoir fermer. Je vois encore un peu floue. Je suppose que ses migraines sont dus à mes discussions avec mon père. Mais je n'y renoncerais pour rien au monde. Elle m'apporte le courage de continuer.
Soudain, je vois Willy trébuchait. Je me lève et je tente de faire quelque chose. Les tasses s'envolent, j'en rattrape une, et je me couvre de chocolat. Je ne peux retenir un petit cri de surprise sous l'effet de la chaleur. Mes cheveux tombent soudainement sur mes épaules, une goutte de chocolat coule sur ma joue. William est couvert de chocolat lui aussi, comme la pièce. Quelle jolie couleur. Seule Charly semble avoir échapper au massacre. J'ignore où elle a bien pu se réfugier pour échapper au chocolat. Le chocolatier se lève paniquer. Il prend une serviette et enlève le chocolat de mon visage. Le sien a été épargné par miracle, ou pour avoir été tourné vers le sol. Il me pose finalement la serviette dans les mains, en répétant tel un mantra :

-Oh ! Je suis désolé, vraiment ! Quel idiot, quelle cruche, quel...

Il pourrait continuer encore longtemps. Et il en existe beaucoup des synonymes. On n'aura jamais fini.

-C'est rien. Je vais t'aider à nettoyer l'interrompis-je.

Il part en courant chercher de quoi nettoyer le reste des dégâts. Comme par réflexe, j'agite le poignet, je m'attends à ce que toute trace de la chute de William disparaisse. Rien ne se passe, je fronce les sourcils, dépitée de me trouver dans ce monde. C'est pas vrai, des fois, je hais cette malédiction. C'est un vrai cauchemars de ne pouvoir rien faire du tout. Il revient devant moi avec une serpillère et un torchon. Je prends la serpillère en priant que personne n'entre.

-'Dieu que je me sens bête... Excuse-moi !

Je lui adresse un sourire compatissant et un clin d’œil. Étant maladroite comme pas deux, je ne peux pas me plaindre de celle des autres. Et puis, je suis sûre qu'il n'a pas fait exprès. J'éponge le chocolat quand tout à coup la douleur revient. Je ne peux retenir un cri et je m'écroule au sol, aux pieds de William. Mes jambes sont devenus du coton, mes bras de la marmelade. Je ne me sens pas bien, comme si l'univers entier tremblé. La douleur part, elle ne laisse derrière elle qu'un petit tiraillement. Promesse qu'elle va revenir me torturer. Je veux m'assoir, je n'y arrive pas. Je sens la présence de Willy à mes côtés. Je sens qu'il est inquiet, et qu'il me prend dans ses bras. J'ai la goege sèche comme un désert. Je réclame d'une voix faible que je ne supporte pas :
-Je peux avoir de l'eau... Sil-te-plaît.



©Leris
Revenir en haut Aller en bas
MESSAGES : 273
POINTS RPS : 50
REPUTATION : 14



Who knows ?
♣ A SAVOIR:
♣ LES LIENS:
avatar
« Harmony Sonnenstrahl »
Mais en réalité, je suis
Raiponce
MessageSujet: Re: Do you want a chamallow ? | Odile & Willy   Lun 1 Avr - 15:47





« Just like it ! »

«Odile & Willy»


William revint rapidement serpillère et torchons en main, s'excusant encore une fois auprès de la demoiselle, confus et honteux. Le sourire compatissant de son amie et son clin d'œil le rassurèrent ; elle n'était pas en colère et ne lui en voulait pas. Odile avait attrapé la serpillère, et le chocolatier aurait voulu gronder qu'elle n'avait pas à faire ça, mais elle commença à éponger le chocolat au sol avant qu'il n'ai pu dire quoi que se soit. Et puis, à bien y réfléchir, ils iraient plus vite à deux. Se mettant à quatre patte, le chocolatier imita l'étudiante et essuya le sol.

Du moins, jusqu'à ce qu'elle s'effondre à ses pieds dans un cri. Pendant une fraction de seconde, William resta le bras en l'air, tendu, immobile dans une position absurde, les yeux ronds. Puis il lâcha le torchon, l'inquiétude prenant le pas sur le reste ;

- Willy : Odile ? Odile, ça va ?

Question bête puisque, de toute évidence, non, ça n'allait pas. Le chocolatier se précipita pour la prendre dans ses bras, passant une main sur son front bouillant. Elle ne faisait pas d'indigestion, hein ? Ce n'était pas de sa faute si elle était dans un tel état ? Tout ce qu'il lui avait proposé était sain et avait été préalablement testé par Aislinn ou lui-même avant qu'il n'en produise d'autre ; parce que tout devait être parfait... Et puis, en si peu de temps. Non, ça ne devait pas être ça... La voix faible de la jeune femme le tira de ses réflexions.

- Odile : Je peux avoir de l'eau... Sil-te-plaît.
- Willy : Bien sûr, tout de suite ! assura-t-il d'une voix encore tremblante d'inquiétude.

William souleva délicatement la brunette pour la déposer sur une chaise, faute de mieux, et courut lui chercher un verre d'eau. Par précaution, il fila à l'étage – son lieu de résidence – pour y chercher un paquet d'aspirine. Sur le chemin du retour, il attrapa un pichet qu'il remplit d'eau, au cas où la demoiselle en aurait encore besoin. Il posa la boîte sur la table avant de tirer sa chaise vers celle d'Odile, pour poser une main sur son avant-bras.

- Willy : Tu vas mieux ? s'enquit-il d'une petite voix.Tu as besoin d'autre chose ?


(c) Ségo Soyana




Revenir en haut Aller en bas


avatar
« Invité »
Mais en réalité, je suis
Invité
MessageSujet: Re: Do you want a chamallow ? | Odile & Willy   Jeu 4 Avr - 19:33


Just a good bye


♦William Wonka♦Odile White♦

-Odile ? Odile, ça va ?

Il ne bouge pas. La scène semble figeait dans une gangue de glace. C'est tellement absurde que j'aurais ris si je n'avais pas eu aussi mal. Il a des yeux de poulpes morts. Quelle pensée absurde. Une voix résonne dans ma tête, mon père. Willy s'approche, trop vite pour mes yeux fatigués. Il paraît floue. Il se met à mes côtés et me prend dans ses bras. Il a la peau douce et son contact me réconforte. Sa main sur mon front me fit l'effet d'un doliprane. Je me sentais moins faible, bien plus

-Bien sûr. Tout de suite !

Sa voix tremble d'inquiétude. La douleur commence à s'en aller, aussi vite qu'elle est venue. Que diable se passe-t-il donc ? Mes voyages oniriques seraient-ils plus risqués que prévus. Question idiote, je ne risque rien avec mon père.
Je sens Willy qui me soulève. Comme une enfant, ou comme une de ses stupides princesses. Je n'ai pas l'impression d'être aussi faible. Il me pose sur la chaise, faute de mieux. Il part me chercher un verre d'eau.
Mon père me manque, je ne pensais pas que se serait si dur. Je n'ai jamais vécu très longtemps sans lui. Je ne pleure pas, je me contente d'attendre. Déjà le pas sautillant de Willy ébranle l'escalier. Il arrive avec un verre d'eau... Et un cachet d'aspirine. Je les prends et avale vite le tout. Je n'ai jamais aimer le goût de ses médicaments. Si seulement j'avais ma magie.

-Tu vas mieux ? Tu as besoin d'autre chose ?

Je me relève un peu hésitante. Mon premier pas est faible, le deuxième bien plus assuré.

-Non. Mais je vais bien mieux grâce à toi, murmurais-je Je vais rentrer et dormir comme une marmotte.

Je fais encore quelques pas et je récupère ma veste. Je frissonne en me disant que je vais quitter cette endroit. Mais mon chocolatier préféré ne doit pas souffrir de mon état. Je ne supporte pas sa voix pleine d'inquiétude. Il est si joyeux habituellement, cette voix, ce n'est pas lui. Je me tourne vers lui. Son air me fait fondre. Je me jette dans ses bras, des larmes me montent aux yeux. Je reste comme ça quelques instants. Son odeur me calme, je le serre comme si il était ma seule accroche à la réalité. C'est peut-être le cas. Je finis par le lâcher, je lui fais un bisou sur la joue. Quelques choses de très léger, un signe d'une belle et jolie amitié. Je recule de quelques pas. Encore ! Je sors comme à regret. Avec regret. J'ouvre la porte en m'exclamant :

-A bientôt Willy. Je repasserais.

Je me retourne et avance d'un pas déterminé. Je ne dois pas retourner. Surtout pas. Le froid mordant rend mon nez tout rouge. Il commence à pleuvoir. La vie ne fait que commencer, inutile que je me stresse. Je n'arrive pas à sautiller, mais je suis sûre que que le brun a éclairé ma journée. Sans lui, le monde n'aurait pas le même éclat, c'est une évidence.

©Leris
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »
Mais en réalité, je suis
MessageSujet: Re: Do you want a chamallow ? | Odile & Willy   

Revenir en haut Aller en bas
 

Do you want a chamallow ? | Odile & Willy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» <@¿@> du 13 Avril : mur païen du Mont Ste Odile
» Odile = Ottile
» T'as un p'tit creux ? T'en fais pas Chamallow est là ! (a)
» ODILE VERMANDOIS ▸ sky ferreira

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Il était une fois :: Les archives de Gold :: Les archives de Gold-